Le sud de l’Italie — Les Pouilles, la Basilicate et la Campanie

On vous avait déjà proposé un article pour passer quelques jours à Vérone dans le Nord de l’Italie, aujourd’hui on part dans le Sud de l’Italie pour découvrir les régions des Pouilles, du Basilicate et de la Campanie. Hormis Naples qui est une ville très dense, le reste de ces régions est très calme et donne une sensation de tranquillité.

En ce qui me concerne, j’avais décidé de faire ce voyage en une dizaine de jours au cours d’un road-trip entre les villes de Brindisi et de Naples. En utilisant par exemple les vols avec Transavia, il est tout à fait possible de prendre des trajets sans retour sans frais supplémentaires pour pouvoir arriver sur une ville et repartir d’une autre. Il en est par contre tout autre chose pour la location d’un véhicule ; en effet tous les loueurs facture des frais de retour pour ramener le véhicule à la station de départ (et qui dépend évidemment de la distance en question). Ce fut certes un coût supplémentaire, mais cela m’a permit de pouvoir visiter plus de choses en évitant de parcourir le trajet en sens inverse pour revenir à ma ville de départ (ou il aurait fallu compter des jours supplémentaires ce qui aurait aussi augmenter le coût du voyage).

D’ailleurs en parlant location de voiture et si vous voulez repartir de Naples, je ne peux que vous conseiller de choisir Sixt car ce sont les seuls à proposer un emplacement de retour des véhicules juste à côté de l’entrée du terminal ce qui n’est pas du tout le cas des autres sociétés qui se retrouvent dans un parking bien plus loin (en plus de toujours proposer un service au top).

Enfin, si vous craignez un peu pour la voiture n’hésitez pas prendre les options pour faire baisser les franchises en cas de vol ou d’accident, mais je dois dire que je n’ai rencontrer aucun soucis pendant mon voyage ; la circulation est plutôt faible dans ces régions sauf dès qu’on s’approche de Naples (évidemment !). Quoi qu’il arrive, et dans la mesure du possible, essayez toujours de garer votre véhicule dans un parking surveillé (et donc payant) ce qui vous permettra d’une part de limiter la possibilité de vol, mais aussi et surtout de ne pas se prendre la tête sur le stationnement dans la rue (une vrai galère car les places ne sont souvent pas nombreuses et chaque rue a ses propres règles avec des panneaux souvent incompréhensibles).

Les Pouilles, un patrimoine artistique et historique fort

À l’extrême Sud-Est de l’Italie, dans le talon de la botte, la région des Pouilles profite de paysages magnifiques, de bien belles plages pour se baigner et d’un patrimoine artistique et historique à découvrir. C’est une bonne façon de commencer ce voyage !

Afin de pouvoir nous rapprocher un peu plus de sud de la région tout en étant proche de la ville de Lecce, nous avions opté pour une jolie maison atypique au cœur du village de Conca Specchiulla qui se situe tout proche de la mer avec un très joli chemin côtier mais ne possède pas vraiment de plage accessible. Pour cela, il faut se déplacer en voiture pendant quelques minutes pour pouvoir accéder à l’une des nombreuses belles plages disponibles plus au sud. Attendez-vous cependant à vous retrouver face à des espaces payants où vous seront proposés des services comme transats, parasols, bars, … J’ai bien aimé la plage I Due Mori à une dizaine de minutes en voiture en prenant la route SP366 jusqu’à un panneau vous indiquant la plage en question sur une route allant vers la gauche. Un peu plus loin sur cette dernière, une personne s’assure de collecter le prix du parking (quelques euros) et vous indique d’aller se garer plus loin juste devant la plage après avoir emprunter un chemin de terre et de graviers. Une fois sur place, vous pouvez rester autant de temps que vous le souhaitez.

Plage de I Due Mori

— Lecce

Surnommée la « Florence du Sud » ou la « Florence baroque », Lecce est probablement la ville qu’i faut absolument voir pendant un périple dans les Pouilles. Grâce à un patrimoine artistique et historique très bien conservé, le centre ville est parfait à visiter le temps d’une bonne demi-journée.

Laissez votre voiture sur le boulevard Felice Cavalotti près de la place Giuseppe Libertini sur l’une des nombreuses places qui longe ce boulevard (dans le sens en allant du nord au sud). Les places étant payantes (traits bleus), pensez à bien régler le stationnement sur un parcmètre. Pour plus de facilité, vous pouvez aussi utiliser l’application EasyPark (sur Android ou iOS) qui permet de payer et d’ajuster le temps de stationnement directement en ligne.

À pied, vous pouvez à partir de là vous balader tranquillement dans l’hyper centre-ville en faisant le tour du château de Lecce pour arriver sur la place Sant’Oronzo qui dévoile un superbe amphithéâtre romain datant du 1er siècle et partiellement exhumé. Ce monument archéologique en plein milieu des bâtiments baroques plus récents donne un style très particulier !

Amphithéâtre romain de Lecce
Facade de la basilique Santa Croce

À quelques rues plus au nord, la basilique Santa Croce possède une superbe façade représentant typiquement le baroque leccese. Profitez-en pour vous arrêter prendre une glace à la gelateria Baldo Gelato un petit plus loin après la basilique en continuant encore un peu la route.

En revenant sur vos pas, et depuis le centre de la place Sant’Oronzo, empruntez la via Vittorio Emanuele II pour vous rendre jusque la place du Duomo où se trouve le Duomo et son campanile haut de 70 mètres.

En vous baladant dans les petites rues commerçantes et en se dirigeant vers le sud-est, vous pourrez passer voir la porte de San Biagio de style baroque. Non loin de là, dans la via Ascanio Grandi, allez voir le petit musée Faggiano qui expose une jolie curiosité dans une maison d’apparence banale. L’histoire veut qu’en faisant des rénovations dans leur maison, les propriétaires découvrirent d’anciens vestiges vieux de plusieurs centaines d’années. Ils décidèrent alors de continuer leurs fouilles et d’y ouvrir un musée au vu des découvertes. Sur plusieurs niveaux, on peut découvrir d’anciennes pièces creusées dans la roche, d’immenses cuves dans les sous-sol, ou encore un peu d’histoire sur la vie des habitants dans les étages supérieurs. Très intéressant, très surprenant, l’entrée coûte quelques euros et on vous remet un guide dans la langue de votre choix pour suivre et comprendre le parcours guidé. Comptez 45 minutes à 1 heure de visite.

— Otrante

À l’extrémité orientale des Pouilles, cette petite ville possède un très joli centre historique au sein des fortifications devant le château médiévale de la ville. Comme d’habitude dans les villes italiennes, il est quasi-impossible de se garer dans le centre historique, je vous conseille donc de tenter votre chance au parking payant Sant’Antonio qui se situe tout proche du centre historique et accessible par la via Bonifica Idro depuis la via Papa Giovanni Paolo II.

À partir de là, continuez à pied vers le centre historique en longeant le bord de mer pour avoir un joli panorama sur la mer et la ville. Prenez le temps de flâner dans le centre historique avec ses petites ruelles et boutiques de souvenirs, allez jeter un coup d’œil à la cathédrale Santa Maria Annunziata et surtout ne manquez pas le Castello Aragonese (château médiéval) dont l’histoire début au 11ème siècle. L’entrée coûte 9€ par adulte mais vaut déjà le prix pour la visite du château en lui-même. Plusieurs expositions temporaires et permanentes y sont présentes ; le site de la marie donne le détail des expositions en cours.

— Locorotondo et Alberobello

En se dirigeant vers la région de la Basilicate pour continuer le road-trip, faites un détour vers ces deux charmantes petites villes qui mérite de s’y arrêter pour visiter leur centre historique.

À Locorotondo, garez-vous sur la place Antonio Mitrano juste à côté du centre historique et baladez-vous dans celui-ci pour découvrir plein de petites ruelles photogénique. Vous pouvez compter une petite heure à faire le tour et plus si vous en profitez pour prendre un coup à boire ou manger.

À quelques kilomètres de là se trouve la ville d’Alberobello qui a la particularité d’avoir des trulli qui sont des maisons blanches circulaires faites de pierres sèches avec un toit en forme de cône. La multitude de ces trulli en font un paysage très particuliers dont certains quartiers sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour vous rapprocher au plus près du quartier des trulli en voiture, vous pouvez tenter de vous garer dans la rue, mais pour éviter de vous prendre la tête le parking Nal Verde accessible depuis la via Cadore propose un stationnement au tarif unique journalier de quelques euros (il est aussi habilité pour le stationnement des camping-cars). De là, la visite se poursuit à pied ; baladez-vous au milieu de ces trulli et des boutiques de souvenirs et pensez à aller jusqu’au belvédère Santa Lucia pour avoir une vue d’ensemble. Comptez 1 à 2 heures pour faire le tour.

La basilicate et les sassi de Matera

Coincée entre des régions bien plus touristiques, la Basilicate fut pendant longtemps la région la plus pauvre d’Italie et ne présentait pas grand chose d’intéressant. Mais depuis quelques dizaines d’années, la région revit grâce notamment à l’impulsion artistique du cinéma et de la littérature qui ont commencé à y montrer quelques sites intéressants.

La ville incontournable quand on passe dans la région reste Matera où l’on peut voir des quartiers entiers de maisons troglodytes (les sassi) classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais ce qui fait aujourd’hui la richesse touristique de cette ville était une « honte nationale » pour le pays dans les années 50 ; car c’était les familles les plus pauvres qui s’entassaient dans ces habitations insalubres sans eau ni électricité. Après avoir été relogé, l’ensemble de ces quartiers ont été réhabilités pour en faire des habitations saines et même parfois de luxe avec quelques hôtels haut de gamme au sein même des sassi.

Encore une fois pour vous rendre à Matera, le plus simple et le plus sécurisé est encore d’utiliser un parking payant. Celui de la via Pasquale Vena est très bien avec pas mal de places sur plusieurs niveaux (0,5€ de l’heure). À partir de là, vous pouvez rejoindre à pied le centre historique en quelques minutes qui surplombe les sassi et empruntez l’un des nombreux passages pour s’y balader. Les quartiers des sassi sont assez grands et remplis de petites ruelles dans tous les sens, on se croirait presque dans un labyrinthe !

Afin de profiter d’un panorama exceptionnel sur tous les sassi, prenez votre voiture et diriger vous vers le belvédère du Parco Regionale della Murgia Materana. Pour y arriver, prenez la SS7 vers l’est puis la contrada Murgia Timone, à une fourche avec une route qui bifurque sur la gauche vers le centre d’information des touristes, continuez tout droit (si la route n’est pas fermée) pour arriver jusqu’au bout sur un petit parking qui permettra de stationner le temps d’admirer la vue sur Matera. Les amateurs de randonnées pourront emprunter des sentiers partant de ce point de vue pour descendre dans les gorges. Dans ces environs vous pourrez aussi tomber sur des églises rupestres qui font partie du patrimoine classé par l’UNESCO.

Vue sur les sassi de Matera depuis le belvédère

De retour en ville, si vous cherchez à déjeuner ou dîner, je vous conseille le restaurant Oi Mari au cœur des sassi à côté de la via Fiorentini. Creusé à même la roche, ce restaurant propose une cuisine italienne de qualité et de très bonnes pizze à prix abordables.

Pour une pause sucrée et rafraîchissante, prenez une glace artisinales faite-maison chez I Vizi degli Angeli Laboratorio di Gelateria Artigianale vers le début de la via Domenico Ridola. Leurs glaces sont excellentes et certaines créations originales sont assez surprenantes !

Si vous avez l’occasion de loger au moins une nuit sur place ou à côté, la balade dans les sassi la nuit donne encore une autre ambiance bien différente avec bien moins de monde ; à faire si vous en avez la possibilité. En ce qui me concerne, j’avais opté pour quelques nuits à la Masseria Fortificata San Fransisco à moins de 5 km de Matera en profitant d’une promo bien intéressante. Cet hôtel 4/5 étoiles s’est installé dans d’anciens bâtiments rénovés et propose de grandes chambres, une piscine non chauffée et une superbe vue sur la vallée. Une salle commune creusée dans la roche permet de servir le petit-déjeuner mais aucun déjeuner, ni dîner n’est servit. Cet endroit était bien sympa pour pouvoir se déplacer facilement à Matera tout en étant dans un endroit agréable et tranquille après une bonne journée de visite.

La Campanie, sites archéologiques et mozzarella

N’ayant pas suffisamment de temps, je ne me suis pas trop attardé en Basilicate et me suit rapidement dirigé vers la Campanie. Cette région riche en activités touristiques ne laisse que peu de repos !

Avant d’arriver sur le dur du sujet avec Naples et ses environs, je suis passé par les extraordinaires grottes de Castelcivita et le site archéologique de Paestum.

— Les grottes de Castelcivita

Situées aux portes du parc national du Cilento et du Val de Diano, les grottes de Castecivita porte le nom du petit village qu’elles jouxtent. Longues de près de 5 km, elles forment l’un des plus grands complexes spéléologiques du sud de l’Italie. Si vous n’êtes pas claustrophobe, cette découverte vaut vraiment le détour même si le chemin pour y arriver en voiture n’est pas de tout repos (il faut serpenter pendant un moment sur des routes de montagne avant d’y arriver). Il n’y a pas de parking sur place, mais il est possible de se garer le long de la route devant les grottes.

Plusieurs parcours sont proposés :

  • le parcours touristique sur la première partie du réseau (1200 mètres) ; accompagné d’un guide pour indiquer le chemin et les différentes structures rocheuses, la visite est accessible à tout âge mais ne conviendra pas aux personnes à mobilité réduite (plusieurs marches jalonnent le parcours). La visite dure 1 heure et le prix est de 12€ par adulte.
  • la visite dans le noir propose le parcours touristique mais sans les lumières d’ambiance. Le principe est de faire la visite avec un casque et une lampe frontale pour se mettre dans la peau d’un spéléologue. Ces sessions sont disponibles uniquement les vendredis, samedis et dimanches à 15h pour un prix de 15€ par adulte.
  • le parcours spéléologique amateur qui s’étend jusque la seconde partie du réseau sur 3000 mètres est destiné aux amateurs de la spéléologie qui veulent en voir encore plus ! Equipé de casque et lampe frontale fournis, le parcours dure entre 3 et 4 heures pour un prix de 30€. La réservation à l’avance est obligatoire et la session ne peut se faire qu’à partir de 8 participants.
  • le parcours spéléologique professionnel permet aux vrais spéléologues d’aller visiter la grotte dans son intégralité. Ce cas étant particulier, la réservation est obligatoire.

Dans tous les cas, je vous conseille fortement de réserver à l’avance sur le site officiel pour éviter toute mauvaise surprise. Ceci dit, en hors-saison touristique le site est assez vide et les visites guidées donnent l’impression d’avoir un guide personnel ! Après la visite, n’hésitez pas à déjeuner au restaurant Casa Civitas juste à côté de l’entrée des grottes qui propose une cuisine traditionnelle très bonne et très abordable. Une petite boutique de souvenirs divers et variés accompagne le restaurant.

— Parc archélogique de Paestum

En se rapprochant de la côté à l’ouest, je vous conseille fortement d’aller découvrir le site archélogoqie de Paestum. Ancienne cité grecque datant de 600 ans avant l’ère commune, elle fut détruite par les romains au 3ème siècle avant l’ère commune. Aujourd’hui cet énorme parc archéologique recense plusieurs vestiges dont certains temples presque complets et encore debout !

Pour s’y rendre en voiture, suivez les instructions pour se rapprocher du parc et quand vous arrivez sur la SP276 continuez jusqu’au panneau indiquant la zone de circulation restreinte pour utiliser le parking payant sur la gauche juste avant (c’est le parking le plus proche). En haute saison, s’il est plein, il existe aussi un autre parking un peu avant ou sinon des places de parking payantes tout le long de cette route. Ensuite il faudra marcher jusqu’à l’entrée sud du parc pour arriver au guichet et l’entrée du parc. Le billet à 12€ par adulte donne accès au parc archéologique et au musée associé se trouvant juste à côté. Comptez 1 à 2 heures de visite dans le parc même pour voir les différents temples et points d’intérêt et une bonne heure pour la visite du musée.

Pensez aussi à acheter vos billets en ligne pour éviter tout problème d’affluence sur place.

— Ferme de bufflonnes et Mozarella

À 30 km au nord de Paestum, sur la ville de Pontecagnano Faiano se trouve la ferme Caseificio Taverna Penta qui élève uniquement des bufflonnes pour en récolter son lait et fabriquer les fameuses Mozarella di Bufala Campana, ainsi que d’autres produits laitier (Ricotta, Scarmoza, yaourts, …).

La ferme possède une boutique sur place pour acheter ces produits directement à la sortie de la fabrication, mais le plus intéressant est la possibilité d’avoir une visite guidée avec Filippo Morese, le propriété de l’exploitation qui se fera un plaisir de raconter l’histoire familiale, montrer les enclos à bufflonnes et les méthodes de fabrication dans la salle de transformation. C’est super intéressant de découvrir au plus près la fabrication du début à la fin d’un met typique de la région.

Cette visite guidée coûte environ 20€ par adulte et dure environ 2 heures. Elle se termine par une dégustation de quelques produits de la ferme (tout frais) avec une petite mozzarella, une ricotta et de la scarmoza fumée le tout au lait de bufflonne de la ferme évidemment ! (la ricotta au lait de bufflonne a goût bien différent de ce qu’on connaît, c’est assez surprenant). Et avant de repartir, un petit tour à la boutique où vous pourrez acheter quelques produits laitiers, notamment parmi un grand choix de yaourts. Pensez à envoyer un mail ou appeler pour réserver votre visite guidée.

— Amalfi et ses citrons

À quelques kilomètres au sud de Naples et du Vésuve, derrière la réserve naturelle de la Valle delle Ferriere se trouve la côté amalfitaine avec notamment la ville d’Amalfi (d’où la côte tire son nom). Cette jolie petite ville vaut largement le détour mais n’est pas si simple d’accès. Si vous venez de l’autre côté de la réserve naturelle, vous aurez le choix entre faire tout le tour en passant par l’autoroute et la route qui longe la côté, ou bien traverser la réserve naturelle par des routes de montagne. C’est très bucolique mais les routes peuvent parfois être plus compliquée.

Une fois sur place, n’essayez même pas à chercher à vous garer dans la ville qui est pratiquement fermée à la circulation automobile ; mais utilisez le parking Luna Rossa à la sortie est de la ville et creusé dans la roche. Il est assez grand, ouvert 24h/24 et permet de rejoindre la ville par des passages sous la roche. Le prix est un peu cher (compter entre 2 et 4€ de l’heure selon la saison), mais reste le plus pratique.

Le centre historique est super joli mais pas très grand non plus. Prenez le temps de vous balader dans l’artère principale du haut du centre historique jusqu’au bord de mer en flânant dans les diverses boutiques de souvenirs qui mettent en avant le citron partout. En effet le citron d’Amalfi est reconnu pour sa qualité que l’on retrouve par exemple dans la plupart des limoncelli à travers le monde.

— Parc archéologique de Pompéi

À quelques kilomètres de Naples et au bord du Vésuve, se trouve la tristement célèbre ancienne cité antique qui fut ensevelie au 8ème siècle avant l’ère commune suite à l’éruption du Vésuve tout proche. Au cours des siècles derniers, diverses fouilles archéologiques permirent de mettre à jour ce qui est est aujourd’hui le parc archéologique de Pompéi s’étendant sur une superficie de 98 hectares et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997.

Si vous passez dans le coin et que vous pouvez y consacrer du temps, ce site est incontournable. Et même s’il y a du monde, le site est tellement grand que ça ne gêne pas tant que cela. À noter aussi que parce qu’il se parcourt à pied uniquement, il faut compter au moins une demi-journée, si ce n’est la journée complète pour faire le tour de tous les points d’intérêt ! Sur place, à l’accueil, pensez à prendre un plan du site pour pouvoir vous y retrouver.

Plusieurs entrées jalonnent le site, mais j’ai trouvé que chercher une place sur la via Plinio qui longe le sud du site ou aux alentours était une bonne idée. Les places sont payantes et il faudra bien penser à prendre un ticket au parcmètre. Entrez ensuite sur le site par l’entrée sud face à la place Anfiteatro et débutez la découverte de ces anciens monuments et anciennes maisons. Prenez votre temps et imprégnez-vous de l’atmosphère de la vie d’antan !

Le site reste plutôt accessible aux personnes à mobilité réduite mais certains passages ou certaines zone seront plus compliquées voir impossible à emprunter. Le billet coûte 16€ par adulte (et l’audio-guide 8€).

— Palais de Caserte

À une trentaine de kilomètres au nord de Naples, le Palais de Caserte est une résidence royale des Bourbons de Naples classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997. Sur une superficie d’environ 50 000 m², le palais compte pas moins de 1200 pièces et plus de 1700 fenêtres pour un volume de plus de 2 millions de mètres cube ce qui en fait le palais le plus volumineux au monde. En ajoutant en plus les jardins à la française qui s’étendent sur près de 3 km le long d’un parcours de fontaines et son jardin à l’anglaise, l’ensemble est vraiment gigantesque !

Le billet d’entrée de 15€ par adulte (3€ pour les jeunes résidents en Union Européenne) donne accès aux appartements royaux et aux parcs et jardins. Si votre truc c’est plus la nature, un billet parc et jardin uniquement est disponible pour 10€ par adulte. Pensez à réserver vos billets en ligne pour choisir le bon créneau horaire d’entrée. La visite du lieu prendra ensuite entre une bonne heure pour les appartements et encore bien plus de temps si vous voulez vous balader dans le parc. Des locations de vélo sont disponibles à l’entrée du parc pour parcourir plus aisément le parc royal.

Attention : le palais est fermé les mardis.

— Naples

Pour terminer ce voyage, il ne faut pas manquer la ville de Naples. Certains adoreront, d’autres détesteront, c’est une ville un peu particulière. Des fois stressante, des fois calme, un peu moche ou superbe pour d’autres, chacun aura son avis sur le sujet (personnellement, j’ai pas vraiment aimé l’ambiance et faire une visite le temps d’une journée me suffisait amplement).

Comme d’habitude, allez vous garer dans un parking payant surveillé, ça vous évitera la galère à trouver une place et de laisser la voiture sans surveillance. Je vous conseille le parking Quick Porta Capuana accessible sur la place San Fransesco et depuis via Casanova (3€ de l’heure, limité à 20€ par jour). À partir de là, vous pourrez rejoindre le centre historique en empruntant la via dei Tribunali qui donnera une bonne impression de l’atmosphère napolitaine.

Au nord du centre historique se trouve le musée archéologique national de Naples consacré à l’antiquité classique sur plus de 12 000 m² en proposant la plus riche collection gréco-romaine au monde. Entre le bâtiment, les collections et les œuvres exposées, il faut pas moins de 2 bonnes heures pour faire le tour raisonnablement. Une énorme partie des œuvres récupérées du site de Pompéi se trouve ici (notamment dans le cabinet secret qui renferme des œuvres érotiques antiques). Pour les Le billet d’entrée entre 8 et 10€ par adulte (selon la saison) est à réserver en ligne pour éviter les créneaux surchargés.

Plus au Sud, en empruntant la rue commerçante via Toledo vous pourrez vous arrêter pour une petite pause gourmande en goûtant la spécialité napolitaine : la Sfogliatella qui est un cône de pâte feuilletée coupé en lamelle et fourré à la ricotta, vanille, canelle et fruits confits. Je vous conseille fortement celui de Sfogliatella Mary positionné dans une petite boutique ambulante devant la Galerie marchande Umberto Ier.

Pour une plus grande faim et parce que le plat typique de Naples est quand même la pizza napolitaine, vous pourrez probablement trouver n’importe quelle pizza excellente un peu partout. Je vous conseille d’essayer la Pizzeria Pavia sur la via Solitaria derrière la Piazza del Plebiscito ; le coin n’inspire pas très confiance mais on s’écarte des zones touristiques pour des rues plus populaires. Cette petite pizzeria ne paye vraiment pas de mine, mais elle propose une qualité exceptionnelle pour ses pizze et en plus c’est vraiment pas cher !

N’ayant pas eu beaucoup plus de temps pour explorer convenablement la ville, je n’ai pas pu faire plus de visites que cela, mais Naples regorge de beaucoup de choses à voir, c’est indéniable. Laisse vous guider et allez explorer d’autres musées et monuments historiques !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.