Une semaine à Rhodes

Rhodes est une île grecque, la plus grande du Dodécanèse, située au large des côtes turques dans la mer Égée. N’y cherchez pas le célèbre colosse, ça fait bien longtemps qu’il n’est plus là, en revanche en une semaine sur l’île vous aurez largement le temps d’aller flâner dans les rues de la vieille ville de Rhodes, de profiter des plages et de faire un saut dans la très typique ville de Lindos.

La vieille ville de Rhodes

La vieille ville de Rhodes c’est quelque chose : entourée de remparts construits au temps des chevaliers, elle a été déclarée patrimoine de l’humanité par l’UNESCO en 1988. Ce qui est le plus frappant dans la vieille ville c’est l’accumulation de bâtiments architecturaux divers et variés. En effet, l’île de Rhodes a subit au cours des siècles les influences des byzantins, des hospitaliers, des ottomans, des croisés, des italiens…

Remparts de la vieille ville de Rhodes

Sur place il y a évidemment des passages obligatoires comme le musée archéologique de la ville ou encore le palais des grands maîtres mais vous pouvez tout aussi bien vous contenter de flâner dans les ruelles en passant par la rue des chevaliers et par la très féerique petite boutique de photophores pour ensuite faire une pause chicha devant la mosquée. Rhodes c’est ça : un subtile mélange de saveurs.

En allant visiter le musée archéologique (prix : 6€), vous verrez dans un très beau bâtiment, anciennement hôpital des chevaliers, des objets divers et variés ayant été trouvés sur des sites archéologiques de l’île, la plupart dans des tombes : colonnades, splendides mosaïques, poteries peintes par centaines, bijoux et figurines sculptées raviront vos mirettes sans compter sur le jardin bien caché à l’arrière du musée : un havre de paix avec de belles mosaïques, des fleurs et des petits chats (non c’est pas une blague, il y a des chats plus ou moins sauvages partout sur cette île !).

Le palais des grands maîtres (prix: 6€) a été construit par les byzantins et agrandi par la suite par les hospitaliers au 14ème siècle. C’est aujourd’hui un musée dans un château-fort avec de grandes tours crénelées. Donc là, beaucoup de pièces et d’objets relatifs à l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem avec des croix de Malte partout, beaucoup de boiseries et des mosaïques aux sols, le palais est vraiment magnifique !

Comme les visites ça creuse, on a aussi pensé aux gourmands. La vieille ville est bourrée de « tavernas » plus ou moins typiques avec un serveur à l’entrée qui appelle sans cesse le touriste mais si vous voulez quelque chose de plus traditionnel et calme je vous conseille vivement le Nireas (certificat d’excellence Tripadvisor 2013). Là vous pourrez vous gaver à souhait de tsatsiki maison dont on renverse l’assiette au dessus de vos tête pour vérifier qu’il est bien fait, de salade grecque gigantesque, de feta et d’un poisson grillé que vous avez préalablement choisi en vitrine, le tout dans une ambiance typiquement grecque sous une pergola qui croule sous les bougainvilliers en fleurs et… avec des petits chats qui quémandent un morceau de poisson !

La ville de Lindos

Plus au sud de l’île que Rhodes, Lindos est une petite ville avec des maisons recouvertes de chaux, des rues pavées de petits galets, le tout surmonté d’une acropole perchée sur un rocher avec des ruines d’un temple dédié à Athéna daté du 4ème siècle avant J.C..

Vue de Lindos et de son acropole

La visite de l’acropole, après avoir gravi les 116m du rocher, coûte 6€ mais vaut clairement le détour malgré les paquets de touristes pour la vue splendide et les ruines du temps avec leurs colonnes restaurées qui donnent une bonne idée de ce à quoi ça devait ressembler. La montée sur l’acropole peut se faire à dos d’âne pour 5€ mais on a eu de la peine pour ces pauvres bêtes qui portent des charges trop lourdes pour elles sous un soleil de plomb donc on ne l’a pas fait !

L’île de Rhodes

Quant aux plages, elles sont nombreuses sur tout le pourtour de l’île. La plupart sont des plages de sable et de graviers mais il y a aussi des plages entièrement de sable pour les pieds les plus délicats ! Celle localisée sur la côté Est où j’allais tombait à pic dans la mer : à à peine plus d’un mètre du bord on n’avait déjà plus pieds ce qui permet de bien nager ! Par contre pour le snorkeling… c’est pas ça, j’ai vu assez peu de poissons, quelques bancs de sars par-ci par-là au bord des plages mais rien de transcendant.

Fin septembre, lorsque j’y étais, alors que le mauvais temps faisait rage sur Paris, on pouvait encore profiter de 25-27°C avec un ciel bien bleu et sans nuage en pleine journée sur l’île avec un peu de vent de temps en temps quand même mais rien de désagréable !

Mais même fin septembre, ne vous attendez pas à vous retrouver seuls au monde sur l’île. Non, non, non ! C’est un lieu hautement touristique alors même à cette période vous allez côtoyer nombre de touristes français, allemands et russes majoritairement !

En résumé, la petite île de Rhodes dispose d’un patrimoine riche grâce aux différentes civilisations qui s’y sont installées. Cette richesse est visible à chaque coin de rue sur fond de montagnes et de mer Égée. C’est vraiment un beau voyage à faire à seulement 3h30 d’avion de Paris !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.