The end of the world running club — Adrian J. Walker

Paru aux éditions Hugo au mois de juin dernier, The end of the world running club est le premier livre traduit en français d’Adrian J. Walker. Dans ce roman l’auteur nous entraine dans un monde post-apocalyptique où les protagonistes, loin d’être des héros, devront tout faire pour survivre et retrouver leurs proches.

Un Royaume-Uni dévasté

La fin du monde tel que nous le connaissons a pris la forme d’une multitude d’astéroïdes qui ont frappé la Terre de toutes parts. Le Royaume-Uni n’a pas non plus été épargné. Ed, un père de famille plutôt démissionnaire qu’exemplaire a tout de même réussi à mettre sa femme et ses deux jeunes enfants à l’abri. Après quelques jours à vivre dans leur cave, la famille est retrouvée par des militaires. Ils sont conduit sur une base où ils font la connaissance d’une poignée d’autres survivants.

Peu de temps après des hélicoptères embarquent la plupart des rescapés vers des bateaux plus près des côtes à l’autre bout du pays afin de les évacuer vers des zones moins touchées. Mais tous n’étaient pas sur la base pendant le passage des hélicoptères comme Ed qui se retrouve ainsi séparé de sa famille. Accompagné de quelques personnes rencontrées à la base, il se lance dans un long périple pour rejoindre les bateaux avant qu’ils ne partent et ainsi retrouver ses proches.

Une course effrénée

Oui ils vont devoir courir pour espérer arriver dans les temps. Oui ils vont devoir se défendre pour rester en vie. Oui ils vont devoir repousser leurs limites pour pouvoir se nourrir. Dans cet environnement dévasté où les cadavres sont encore visibles à chaque coin de rue dans des appartements éventrés, où le soleil ne daigne même plus pointer le bout de son nez pour éclairer le chemin des coureurs, on va suivre les aventures d’un groupe hétéroclite de gens normaux qui vont devoir accomplir l’impossible.

Ce roman est incroyablement bien écrit et l’auteur décrit si bien ce Royaume-Uni post-apocalyptique qu’on s’y croirait. On a l’impression d’être avec les protagonistes, ces gens normaux qui repoussent leurs limites et de suivre de près leur évolution de personnes lambda à héros malgré eux.

Dans ce roman, on sent l’ambiance lourde qui pèse sur les personnages ainsi que tous les bouleversements induits par la catastrophe, on est dans le livre avec Ed, tout aussi craintif que lui quant à l’issue plus qu’incertaine de cette course désespérée.

The end of the world running club

Auteur(s)
Adrian J. Walker
Editeur(s)
Hugo
Date de publication
8 juin 2016
Site internet
ISBN
9782755623970

En résumé

The end of the world running club est un roman post-apocalyptique très immersif avec des héros très réels. J'ai trouvé ce roman si bien écrit qu'on pourrait oublier qu'il s'agit de fiction tellement les personnages sonnent juste.

Les plus

  • Des personnages vrais pas héroïques
  • Un monde dévasté réaliste
  • Du suspense
  • Des sentiments qui sonnent juste

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.