Star Wars Jedi : Fallen Order

Devenez celui qui pourrait restaurer l'Ordre Jedi

Disponible depuis novembre 2019, Star Wars Jedi : Fallen Order est le dernier jeu dans l’univers de Star Wars. Développé par le studio américain Respawn Entertainment, à qui l’on doit les jeux Titanfall et Apex Legends, et édité par le géant Electronic Arts, qui s’était précédemment occupé de distribuer d’autres jeux de la licence dont le sympathique Star Wars Battlefront 2, ce nouveau jeu d’action-aventure nous met dans la peau d’un ancien apprenti Jedi en fuite.

Du bleu, du rouge, plein de personnages derrière le héros ; pas de doute, on reste dans l’esprit Star Wars

La Grande purge Jedi

L’histoire narrée dans ce jeu commence 5 ans après les évènements relatés dans Star Wars : Episode III, la Revanche des Siths et 14 ans avant sa suite Star Wars : Episode IV, un Nouvel Espoir.

Pour rappel, Palpatine dirige le Sénat à cette époque et souhaite fonder un gigantesque Empire galactique. Afin d’y arriver, il retourne son nouvel apprenti Dark Vador et l’armée de clones du Sénat contre les Jedi qui pourraient s’interposer pour réaliser son projet. Pour ce faire, il lance l’ordre 66 qui oblige les clones à tuer tous les Jedi, aussi bien les maîtres que les apprentis. Cet évènement majeur de l’histoire de l’univers Star Wars est le point de rupture entre les deux premières trilogies.

Un espoir pour l’Ordre Jedi

Notre histoire se déroule donc quelques années après l’exécution de l’ordre 66 qui a décimé la majeure partie des Jedi. Les quelques survivants se cachent pour éviter les troupes de l’Empire galactique (dont les clones ont d’ailleurs été remplacés par les Stormtroopers). C’est ainsi que nous découvrons Cal Kestis, un ancien apprenti Jedi ayant survécu à la Grande purge et qui s’est réfugié clandestinement sur la planète Bracca où il travaille comme ferrailleur en désossant de vieux vaisseaux utilisés pendant la Guerre des Clones.

Bracca, la décharge pour les vaisseaux utilisés pendant la Guerre des Clones

Après un fâcheux incident où il dévoile son identité en utilisant le pouvoir de la Force, l’Empire envoie des inquisiteurs impériaux chargés d’éliminer les derniers Jedi. Cal réussit à leur échapper avec l’aide de Cere, une ancienne Chevalier Jedi, et de son partenaire Greez Dritus, le pilote du vaisseau Le Mantis.

Tout ce petit monde s’envole alors pour la planète Bogano où un mystérieux temple d’une civilisation disparue, les Zeffos, cache un coffre dans lequel Cordova, l’ancien Maître Jedi de Cere, aurait caché une liste d’enfants sensibles à la Force. La récupérer permettrait de retrouver ses enfants et faire re-naître l’Ordre Jedi. Sur place, Cal fait la rencontre de BD-1, un petit droïde à la mémoire perdue qui se trouve être l’ancien compagnon de Cordova.

Cal Kestis fait la rencontre du droïde BD-1

Toute l’équipe va devoir voyager de planète en planète, rencontrer diverses personnes afin de retracer le parcours de Cordova et trouver comment récupérer cette liste. L’avenir des Jedi et de la Galaxie est entre leurs mains !

De l’action/aventure solitaire

Contrairement aux deux jeux précédents d’Electronic Arts sur le thème de Star Wars, celui-ci ne comprend aucun jeu multi-joueurs. Seule une campagne jouable en solo est disponible dans un mode finalement très passe-partout reprenant ce que l’on peut déjà voir ailleurs comme gameplay.

En vue à la troisième personne uniquement, on dirige donc le héros Cal Kestis à la manière d’une Lara Croft avec un sabre laser. Le gameplay s’inspire en effet très fortement des derniers Tomb Raider mêlant ainsi phases de plateformes, d’exploration, de fouille, de puzzle ou encore de combat.

Il y a bien des combats au sabre laser mais aussi beaucoup d’escalade

Le jeu se déroule sur plusieurs planètes que l’on peut explorer comme on le souhaite et dans l’ordre que l’on veut. Mais alors comment arriver à gérer le fil de l’histoire principale si on peut faire ce qu’on veut ? Et bien tout simplement parce que le jeu est aussi du type Metroidvania, qui utilise le principe de passages bloqués que l’on ne pourra emprunter qu’après avoir acquis de nouveaux pouvoirs et/ou accessoires en avançant bien évidemment dans l’histoire.

En théorie ce système est plutôt intéressant car il donne l’impression de pouvoir aller où l’on veut tout en gardant une logique dans la trame de l’histoire, mais il devient parfois assez contraignant car il oblige à revenir sur ses pas plusieurs fois pour enfin emprunter un passage précédemment bloqué. Et évidemment, il se trouve à l’autre bout de la carte. Les développeurs ayant fait le choix de ne pas proposer de « voyage rapide » pour se rendre directement à un endroit particulier déjà exploré sur une planète, la seule alternative est de trouver et débloquer certains raccourcis pour éviter de faire tout un détour impliquant phases d’agilité pas forcément évidentes et/ou répétitives et combats contre des ennemis qui réapparaissent comme par magie quand on revient sur une planète.

Différentes planètes accessibles en voyage rapide depuis son vaisseau

D’autant plus que la carte qui est censée vous aider à savoir où vous êtes sur dans le dédale de couloirs et de passages n’est pas si évidente à lire que cela. Plutôt que de faire une carte simple en 2D due-de-dessus avec une carte par « étage » si la planète contient des passages sur différentes hauteur, on se retrouve avec une carte projetée comme un hologramme et toute en 3D. Pas du tout pratique à lire pour retrouver son chemin vers un autre point. Mais au moins c’est joli et plus réaliste pour une meilleure intégration au jeu !

Voilà le genre de carte 3D pour savoir ou aller ; même en la tournant dans tous les sens, c’est pas très simple

Une bien belle représentation

Il faut bien l’avouer, l’utilisation du moteur graphique Unreal Engine 4 est très bien exploitée et donne de très bons graphismes et de jolies séquences cinématiques. Dans l’ensemble, les décors sont plutôt variés et bien spécifiques entre les différentes planètes que l’on visite. On se retrouve ainsi dans une ambiance neigeuse d’un côté, volcanique de l’autre, en passant par la forêt tropicale par exemple. Même si le nombre de planètes reste assez limité, c’est plutôt agréable de ne pas se sentir dans les mêmes endroits tout le temps.

Pour les phases d’action, les combats sont plutôt sympathique et comme le style de jeu est typé arcade, on peut les aborder aussi bien en fonçant dans le tas et en tapotant comme un dératé la touche qui met des coups de sabre laser ; l’ennemi le plus proche sera automatiquement ciblé. La plupart des ennemis sont ainsi très facilement éliminables, mais certains demandent un peu plus de dextérité pour éviter que ça ne dure trop longtemps parce qu’ils se protègent ou qu’ils ne vous fassent perdre trop de vie parce qu’ils attaquent à distance. Pour les premiers, la technique est de les déstabiliser en contrant pile au moment où ils attaquent pour riposter immédiatement ensuite, pour les autres le sabre laser permet aussi de renvoyer les tirs de blaster mais ici encore il faut contrer au moment où le tir arrive sur soi pour le renvoyer à l’expéditeur. Tout ceci peut paraître un peu trop simple mais on ne parle pas ici de simulation de combat au sabre laser, et cela permet de s’amuser facilement et sans prise de tête pour avoir des combats simples et fun.

L’apprenti qui veut dépasser le maître

Tout au long de l’aventure, notre héros va pouvoir faire évoluer ses pouvoirs et en apprendre de nouveaux qui vont pouvoir lui ouvrir de nouveaux passages ou se battre plus facilement avec de nouvelles techniques de combats.

Toute cette base de connaissance est représentée par un « arbre des compétences » qui affichent les différents pouvoirs et techniques de combats déjà en sa possession et ceux que l’on peut débloquer. Bien évidemment, ils ne s’acquiert pas gratuitement, il faut pouvoir les acheter avec plus ou moins de points de compétences selon l’importance du pouvoir ou de la technique. Ces points de compétences sont représentés par des jauge qui se remplissent progressivement pendant votre aventure ; à chaque combat gagné, découverte importante dans l’histoire ou collectible trouvé, on fait augmenter petit à petit cette jauge. Lorsqu’elle est pleine, on gagne un point de compétence que l’on peut dépenser ou garder pour plus tard. Dès qu’un point est gagné, on ne le perd pas ; ce qui n’est pas vraiment le cas d’un point en cours d’acquisition. S’il vous arrive de vous faire tuer, vous reprenez au dernier point de sauvegarde mais plutôt que de repartir exactement comme vous étiez au moment de la sauvegarde, votre jauge en cours sera totalement vidée ! Pas très fun si la jauge était déjà en cours de remplissage bien avant le point de sauvegarde (et dans ce cas là autant recharger la sauvegarde 🤷‍♂️).

Un point de sauvegarde où l’on peut se reposer et apprendre de nouvelles compétences

Bref, en arrivant à bien gérer ses points de compétences on peut obtenir tout plein de techniques de combat que l’on peut utiliser pour s’amuser un peu pendant les combats (même si finalement le plus simple reste le combo coup classique + parade pour venir à bout de tout le monde sans trop se prendre la tête).

À noter que les points de compétences ne peuvent être utiliser que depuis un point de sauvegarde que l’on trouve à différents endroits sur chaque planète. Ils sont très importants car ils permettent déjà de sauvegarder sa partie (et c’est déjà pas mal), de débloquer des compétences, mais aussi de recharger sa barre de vie en se reposant. Cette dernière action redonne toutes les fioles de soin disponibles que BD-1 peut transporter, mais fait aussi réapparaitre tous les ennemis sur la planète (parce qu’il faut bien un malus au fait de reprendre toute sa vie).

En parlant des collectibles, il faut savoir qu’il y en a un peu partout et qu’ils ne sont pas forcément très visibles. La plupart sont assez mis en évidence dans des coffres sur le chemin ou dans des « passages secrets », mais il y en aura certains qu’il faudra un peu chercher. Et pour ne pas rendre la tâche simple, la seule indication que l’on aura est le nombre de collectibles restants à trouver dans la zone en cours et sur la planète. Cette indication évite au moins de galérer dans un endroit alors qu’il n’y a plus rien à chercher.

Mais quel est l’intérêt de les trouver ? Et bien d’abord augmenter un peu sa jauge de point de compétence, ça aide assez pour pouvoir atteindre le nombre de points total pour tout débloquer. Mais aussi et surtout parce que les coffres et collectibles les plus difficiles d’accès donnent des atouts plus qu’intéressants : augmentation du nombre de soins possible, de la barre de santé et de la barre du pouvoir de la Force. Pour les autres collectibles, c’est très accessoires car ils donnent uniquement de quoi personnaliser son sabre, son personnage, son vaisseau ou encore le droïde. Pas très utile, mais on aime bien pouvoir choisir complètement comment son sabre est fait pour se dire que c’est entièrement le sien ! Enfin, récupérer tous les collectibles vous permet évidemment de gagner quelques trophées/succès 🙂

L’écran de personnalisation du sabre permet de choisir sa couleur, la forme et les matériaux de différentes parties du sabre laser

Concernant la difficulté, le jeu se déroule sans trop de difficulté et vous pouvez toujours ajuster cette dernière si le besoin s’en fait sentir d’autant plus qu’elle n’influe pas sur la récupération de trophées/succès (plutôt cool si on veut juste découvrir l’histoire sans se prendre la tête).

Au prix de 40 à 50€ selon la plateforme et avec une durée de vie de 20 à 30h de jeu, Star Wars Jedi : Fallen Order est un très bon jeu d’action/aventure avec une histoire intéressante qui garde un lien avec les films de la saga.

Star Wars Jedi : Fallen Order

Auteur(s)
Chris Avellone
Editeur(s)
Electronic Arts
Producteur(s)
Respawn Entertainment
Date de publication
14 novembre 2019
Site internet
Nombre de joueurs
1 joueur
Acteur(s)
Cameron Monaghan — Elizabeth Grullon — Misty LeeScott LawrenceDebra WilsonTony AmendolaForest WhitakerDaniel Roebuck
Réalisateur(s)
Stig Asmussen
Compositeur(s)
Stephen BartonGordy Haab

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.