Mettre en place un système Ambilight « fait-maison » pour petit budget

Pour pouvoir en profiter sans devoir changer de TV

Depuis pas mal de temps, je souhaitais avoir un système de type Ambilight sur ma TV pour me permettre d’avoir une ambiance plus sympa pendant les films en soirée. Malheureusement réservée aux produits Philips et n’ayant pas de TV de la marque, la seule solution était soit de changer de matériel ou de trouver quelque chose reproduisant le principe. Plusieurs produits fini existent mais coûtent souvent bien trop chers.

Pour fabriquer soi-même une installation Ambilight, le projet open-source Hyperion permet d’installer un outil gratuit disponible sur différents supports.

C’est quoi l’Ambilight ?

Proposé par Philips, le principe de l’Ambilight est de projeter sur le mur derrière la télévision, un halo de lumière coloré qui va suivre les couleurs affichées à l’écran pour donner une impression de continuité de l’image au-delà du cadre de la télévision. Dans une ambiance très sombre, cela permet de réduire la fatigue oculaire en réduisant la différence de luminosité entre l’écran et le contour de la télévision, mais aussi d’augmenter le contraste perçu de l’image sur l’écran.

Depuis la fin d’année 2020, Philips propose aussi une solution clé en main dans sa gamme Hue pour être adaptée sur n’importe quel écran en vendant les accessoires nécessaires : un bandeau de LED (Hue Lightstrip), un boitier gérant la capture d’image et la gestion des LED (Hue Sync) et le boitier de synchronisation entre le boitier de capture et les LED (Hue Bridge). Probablement très pratique et facile à utiliser, mais malheureusement bien trop cher car il faut débourser pas loin de 500€ pour tout ce matériel !

Rendu avec une vidéo de test

Comment faire un système Ambilight fait-maison ?

Le principe se décompose en plusieurs parties matériel et fonctionnelles :

  1. un séparateur de flux HDMI qui permet à partir de d’une source HDMI de la séparer en deux flux identiques pour en envoyer à la TV (pour afficher l’image comme d’habitude) et un autre qui sera utilisé pour capturer l’image en temps réel,
  2. une capture de la vidéo en temps réel permettant de savoir quelles couleurs afficher à quel endroit autour de la TV selon l’image affichée,
  3. un micro-ordinateur pour gérer la transformation de la capture de l’image en instructions à envoyer aux LED,
  4. un bandeau de LED disposées autour de la TV pour afficher l’ambiance lumineuse.

Pour cela, vous aurez besoin d’acheter quelques pièces détachées en ligne. Le plus simple est encore de faire ça sur Amazon, plusieurs revendeurs asiatiques sont disponibles et la réception sera assez rapide si vous prenez une livraison par Amazon ; mais AliExpress est tout aussi utilisable avec des prix jusqu’à deux fois moins cher mais une expédition depuis la Chine (bien souvent gratuite) ce qui demande un peut de patience (il faut compter environ deux semaines pour recevoir une commande) pour exactement les mêmes produits que l’on trouve sur Amazon. Cependant selon les revendeurs et le produit, certaines expéditions peuvent être proposées depuis l’Europe ce qui accélère les délais de livraison.

Enfin, pour avoir le meilleur effet possible, il est indispensable d’avoir un mur le plus blanc et le plus lisse possible derrière la TV sans quoi les couleurs pourraient être dégradées et ne pas rendre leur véritable couleur, ainsi que la TV assez proche du mur pour éviter d’avoir un mélange baveux des couleurs projetées sur un mur trop loin (le mieux étant d’avoir la TV accrochée au mur avec un peu d’espace).

Aperçu du matériel pour le montage

Choisir son bandeau de LED

Pour commencer, il faut évidemment un bandeau de LED. Il existe différentes sortes, de différentes longueurs avec plus moins de densité de LED. La première chose à faire est de mesurer la taille du contour de votre TV pour savoir la longueur de bande de LED à commander (pour un écran 55″, 4 mètres de LED devrait être suffisant par exemple). Ensuite il faut choisir la densité des LED (entre 30, 60 ou 144 LED/mètre) en sachant que plus il y a de LED, plus le détail de l’ambiance lumineuse sera ajustée à l’image mais plus cela consommera en énergie. De mon côté, je me suis contenté de 60 LED/mètre ce qui donne un rendu largement suffisant.

La boutique BTF-Lighting propose plusieurs modèles de LED, mais je vous conseille le modèle SK9822 (compatible APA102) qui permet une très bonne réactivité et de très bonnes couleurs. Ces modèles sont aussi proposés plus ou moins étanches selon l’utilité finale, mais du simple IP30 (non étanche) est largement suffisant pour être fixé derrière une TV. Vous pouvez en trouver sur AliExpress ou Amazon. Choisissez au moins la longueur adéquate, mais les bandeaux étant séparables en plusieurs morceaux et rattachables entre eux comme on veut, on peut combiner différentes tailles de bandeau de LED ensemble.

Avec cela, on peut ajouter des connecteurs de coin pour rattacher des bandeaux de LED en angle droit sans risquer de plier les bandeaux de LED. Pour avoir essayer, cela peut être pratique mais j’ai trouvé ça un peu fragile. Ceci dit pour le prix, ne vous en privez pas et vous verrez si ça peut être pratique. Vous pouvez en trouver sur AliExpress ou Amazon. Faites attention de bien prendre des connecteurs avec le bon nombre de broches et la bonne taille (pour les bandeaux de LED que j’ai indiqué précédemment, il faut prendre des connecteurs à 4 broches et 12mm de largeur).

Le contrôleur pour gouverner les LED

Théoriquement, n’importe quel ordinateur sous Windows ou Linux devrait réussir à faire fonctionner le logiciel de gestion, mais si votre installation n’est prévue que pour faire fonctionner le système Ambilight, je vous conseille fortement de vous tourner vers un micro-ordinateur de type Raspberry Pi. Tournez vous par exemple vers un modèle 4 avec 2 Go sera amplement suffisant (si vous avez même un ancien modèle 3+ c’est aussi tout à fait largement suffisant). Vous pouvez en trouver sur le revendeur officiel Kubbi.fr. Pour le reste de la démonstration de mise en place, je prendrais en compte une installation avec un Raspberry Pi.

Pensez aussi à prendre aussi les accessoires suivants :

  • des radiateurs passifs pour réduire la température de fonctionnement du Raspberry. Par exemple sur Amazon pour un modèle 3+ ou pour un modèle 4+,
  • un boitier spécial Raspberry Pi (selon le modèle en question) pour le protéger un minimum (à moins que ce soit destiné à être installé dans un boitier fait-maison) en faisant attention que le dissipateur choisi rentre dedans (il existe aussi des kits comprenant boitier et dissipateur passif ou avec ventilateur),
  • un carte micro SD d’au moins 2 Go pour installer le système d’exploitation et le logiciel pour le Raspberry Pi,
  • un câble micro HDMI si vous prenez un Raspberry modèle 4+ et que votre installation est destinée aussi à afficher un flux vidéo provenant du celui-ci.

Une alimentation unique pour tout le matériel

Pour pouvoir allumer l’installation, il va falloir une source d’alimentation. Comme les LED et le Raspberry demandent tous une alimentation de 5V, on va pouvoir tout brancher sur la même source. Il faut donc aussi connaître l’intensité consommée au maximum (quand le Raspberry et toutes les LED sont allumées en blanc). En principe, une LED peut consommer jusqu’à 60 mA (20 mA par couleur), donc il suffit d’appliquer la règle suivante :

Intensité max = longueur des bandeaux de LED en mètre * nombre de LED par mètre * 0,06 auquel on ajoutera 3 A pour alimenter le Raspberry Pi.

Par exemple pour une TV de 55″ avec 60 LED/mètre, on obtient 4 * 60 * 0,06 = 14,4 A et avec un Raspberry Pi cela donne 17,4 A. Sur la boutique BTF-Lighing sur AliExpress, plusieurs modèles d’alimentation sont disponibles, prenez donc celle dont l’intensité est supérieureou égale à ce qui a été calculé (dans le cas de l’exemple j’ai 17,4 A, je prendrais donc 20 A).

Autre matériel divers

Pour compléter le panier, il faudra aussi penser à prendre le matériel suivant si vous n’en avez pas déjà :

  • un câble avec prise terre d’un côté et les 3 fils à dénuder de l’autre (le plus simple est de prendre un câble d’alimentation pour ordinateur ou écran comme sur Amazon et de couper le bout avec la connectique pour l’ordinateur ou l’écran, puis de dénuder le gros câble pour accéder aux 3 fils à dénuder pour accéder aux fils de cuivre),
  • un set de câble avec pin de connexion (au moins d’un côté) pour les broches GPIO du Raspberry Pi, par exemple sur Amazon,
  • des dominos ou connecteurs Wago pour brancher des fils ensemble, par exemple sur Amazon,
  • des connecteurs male/femelle pour brancher et débrancher facilement l’installation comme sur AliExpress,
  • du fil électrique souple de section 0,75 ou 1,5 mm2,
  • une clé USB de capture HDMI qui se branchera sur le Raspberry Pi, par exemple comme sur AliExpress ou Amazon,
  • un splitter HDMI compatible 4K pour séparer en deux flux une source HDMI, par exemple sur AliExpress ou Amazon. Si vous utilisez un ampli home-cinéma, certains proposent déjà ce genre de fonctionnalité avec plusieurs sorties HDMI,
  • deux câbles HDMI pour relier la source vidéo au séparateur HDMI et ce dernier à la clé de capture de l’image.

Si vous achetez du matériel sur AliExpress, vous pouvez utiliser mon code de parrainage qui devrait vous permettre de récupérer un coupon de réduction pour votre premier achat : https://a.aliexpress.com/_mMh8pFX ; et n’oubliez pas non plus d’utiliser tout coupon proposé pour ajouter encore plus de réductions.

Le montage de tous les éléments

Le principe de base de montage est défini par le schéma suivant. Avant de tout fixer sur le support final, je vous conseille de tout brancher sur une surface plane (par terre par exemple) afin de bien vérifier que tout fonctionne avant d’installer le matériel définitivement.

Schéma du montage

Préparation des LED

Commencez par vous demander où sera le point d’entrée de votre bandeau de LED (dans un coin, en haut, en bas, au milieu d’un côté ?) ; tout est possible et cela dépend du contexte de la TV et comment est accessible le dos pour fixer les bandeaux de LED. De mon côté, j’ai choisi de commencer au milieu en haut pour pouvoir plus facilement cacher les câbles derrière la colonne de support de ma TV.

Ensuite vous pouvez découper les bandeaux de LED pour que cela corresponde aux longueurs des côté de la TV Je vous conseille de garder le début et la fin de la bande de LED comme début et fin de circuit de LED pour pouvoir utiliser les fils de connexions déjà fixés. Pour une TV 55″, j’ai calculé des longueurs de 120x70cm, ce qui me donne donc une bande de LED de 120cm (pour le bas), deux de 70cm (pour les côtés) et deux de 60cm (pour le haut, en utilisant donc le début et la fin de la bande de LED). Attention à bien découper au niveau des connexions en cuivre entre deux LED (sauf sur certaines connexions où une soudure empêche la découpe).

Connectez les bandes de LED entre elles (sauf entre le départ et l’arrivée du circuit) en utilisant les connecteurs à angle droit ou en faisant des soudures sur les 4 connexions au niveau de chaque découpe entre deux bandes de LED (en utilisant un petit câble pour pouvoir faire un angle droit sans abîmer les bandes de LED). Attention à bien suivre le sens de circulation du courant (représenté par des flèches sur les bandes de LED) en assemblant les bandes de LED entre elles.

Utilisation des connecteur à angle droit sur une bande de LED

Le circuit de LED sera alimenté au départ et la fin, mais je vous conseille aussi d’ajouter des points au niveau de points supplémentaires pour avoir une répartition d’alimentation électrique assez homogène. En effet, la tension électrique peut vite s’affaiblir quand il y a trop de LED à la suite sans nouveau point d’alimentation électrique. Par exemple, vous pouvez préparer 2 fils connectés à une borne + et un autre sur le – au niveau des deux coins opposés au départ et fin du circuit.

Connexion par soudures entre deux bandes de LED et ajout de câbles sur les bornes 5V et GND pour l’alimentation supplémentaire

Préparation du Raspberry Pi

Avant toute chose, il faudra installer les dissipateurs thermique sur le Raspberry Pi. Ensuite prenez deux câbles avec connecteur pin et découper un des côtés pour le dénuder et laisser l’autre côté avec un connecteur femelle. Branchez un fil sur le connecteur GPIO (broche de connecteurs mâle sur un côté du Raspberry Pi) MOSI et l’autre sur SCLK (respectivement broche 10 et 12 sur la rangée intérieure de broches). Prenez deux autres fils avec pin qui serviront à l’alimentation du Raspberry Pi et de la même manière, branchez les sur les broches 5V et GND (respectivement broche 1 et 3 de la rangée extérieure de broches).

Connexion des câbles pour l’alimentation et la gestion des LED sur le Raspberry Pi

Pour pouvoir facilement débrancher ces câbles sans démonter le branchement sur les broches du Raspberry Pi, j’ai préféré brancher un connecteur mâle/femelle sur ces deux paires de fils.

Branchez la clé de capture vidéo sur un des ports USB du Raspberry Pi et le câble HDMI provenant de la source (depuis le séparateur HDMI ou directement depuis un ampli proposant plusieurs sorties HDMI).

Ajout de connecteurs mâle/femelle pour les câbles connectés au Raspberry Pi et mise en place de la clé USB de capture vidéo

Alimentation du circuit

On va maintenant alimenter le circuit de LED et le Raspberry Pi. Commencez par connecter les 3 fils du câble d’alimentation avec la prise terre au boitier d’alimentation 5V en respectant bien les bornes (la terre avec le fil jaune et vert, le neutre (N) avec le fil bleu, la phase (L) avec le dernier fil (généralement rouge ou noir)).

Connexion des fils d’alimentation 230V aux bornes du boitier d’alimentation

Branchez maintenant une première paire de câbles (dénudés des deux côtés) aux bornes COM et +V du boitier d’alimentation et connectez les aux 2 fils connectés aux bornes 5V et GND du Raspberry Pi (ou en branchant l’autre côté du connecteur mâle/femelle et les connecter ensemble).

Branchez ensuite une autre paire de câbles aux bornes COM et +V du boitier d’alimentation (les mêmes que précédemment ou d’autres si disponibles) et connectez ensemble le câble +V aux fils 5V et le câble COM aux fils GND des points d’alimentation de la bande de LED (l’entrée et la sortie du circuit de LED sont déjà précâblés avec des fils directement utilisable (couleur rouge = 5v et couleur noir = COM)).

Connectez enfin ensemble les câbles connectés aux bornes DI/DO et CI/CO en entrée du circuit de LED respectivement aux deux fils connectés aux bornes MOSI et SCLK (sur le bornier de fil en entrée de circuit, le fil vert correspond aux bornes DI/DO et le jaune aux bornes CI/CO). Ici aussi vous pouvez utiliser un connecteur mâle/femelle pour déconnecter les fils plus facilement sans devoir tout débrancher.

Montage terminé

Pour tester que l’alimentation est correct, branchez maintenant le boitier d’alimentation sur une prise électrique et vérifier que :

  • le Raspberry Pi s’allume correctement (des LED sdoivent s’allumer/clignoter dessus),
  • la tension entre les bornes 5V et GND sur le bandeau de LED est bien de 5V environ (mais pas trop bas) à l’aide d’un multimètre positionné en courant continu. Si la tension n’est pas correct à côté d’un point d’alimentation, il est possible de régler la tension délivrée en tournant un peu la vis à droite du bornier sur le boitier d’alimentation. Vérifiez bien à plusieurs endroits sur le bandeau de LED que la tension reste correcte ou certaines LED pourraient ne pas s’allumer correctement.

À ce niveau, le circuit de LED ne devrait pas s’allumer particulièrement puisqu’il ne reçoit aucun ordre d’éclairage du Raspberry Pi pour le moment.

Vous pouvez débrancher le boitier d’alimentation de la prise électrique avant de continuer.

Installation du logiciel Hyperion NG

Il faut maintenant installer le logiciel Hyperion NG sur votre contrôleur ; sur un Raspberry Pi, le plus simple est de mettre sur la carte micro SD un système d’exploitation comprenant déjà le logiciel. Les concepteurs du projet propose HyperBian mais qui n’est malheureusement pas vraiment mis à jour. Je conseille donc de se tourner vers le projet HyperHDR qui reste bien plus à jour et qui prend en charge le HDR.

Pour l’installation sur la carte micro SD, on va utiliser le logiciel balenaEtcher. Si vous ne l’avez pas déjà, téléchargez et installez le selon votre système. Téléchargez aussi la dernière version de l’image HyperHDR depuis la page des releases en prenant celle correspondant à votre Raspberry Pi (pour les modèles 3 et 4, ce serait donc l’image SD-card-image-rpi34-armv7.zip). Connectez la carte micro SD à votre ordinateur et ouvrez balenaEtcher :

  • choisissez l’image précédemment téléchargée (directement le zip, pas besoin de décompresser avant),
  • choisissez la carte micro SD comme destination,
  • et cliquez sur Flash pour enregistrer l’image sur la carte.
Ecran de BalenaEtcher

Une fois terminé, pour pouvoir activer le wifi et se connecter au panneau de configuration de Hyperion à distance, il faut suivre la procédure suivante :

  • aller sur la micro SD et ajouter à la racine un fichier texte avec le nom wpa_supplicant.conf,
  • dans ce fichier, ajouter le contenu suivant en ajustant le nom et le mot de passe du réseau à utiliser.
ctrl_interface=DIR=/var/run/wpa_supplicant
GROUP=netdev
update_config=1
country=FR
network={
	ssid="nom du reseau WIFI"
	psk="mot de passe de connexion"
	key_mgmt=WPA-PSK
}

En savoir plus sur la documentation officielle.

Il est aussi possible d’activer la connexion SSH au système en ajoutant un fichier vide avec le nom ssh (sans extension) à la racine de la carte. Une fois connecté sur le réseau, il sera possible d’ouvrir une session SSH sur l’ip du Raspberry Pi en utilisant l’identifiant pi et le mot de passe raspberry. Attention tout de même à ce que le système ne soit pas accessible de l’extérieur de votre réseau. En savoir plus sur la documentation officielle.

Configuration du logiciel Hyperion NG

Insérez la carte micro SD dans le port adéquat du Raspberry Pi et rebranchez le boitier d’alimentation à une prise électrique. Le bandeau de LED ne devrait pas plus s’allumer pour le moment et les LED sur le Raspberry Pi devrait avoir plus d’activité. Attendre un peu que ça se calme et accéder au panneau d’administration de Hyperion NG en utilisant l’adresse IP du Raspberry Pi (pour le trouver, il vous faudra explorer votre réseau local depuis une autre machine ou depuis une liste des appareils connectés dans l’interface de votre box internet ; par exemple sur une box Orange il faut aller sur l’url https://livebox/). Par la suite, je vous conseille de configurer une IP fixe sur votre réseau local pour le Raspberry Pi.

Si aucun équipement correspondant au Raspberry Pi ne semble connectés, il vous faudra revérifier le fichier précédemment créé pour voir si le nom ou le mot de passe du réseau Wifi sont bien corrects.

Une fois l’IP du Raspbery Pi trouvée, depuis votre navigateur internet allez sur l’URL http://[ip du raspberry]:8090 pour afficher la page d’accueil du panneau de configuration de Hyperion NG.

La première chose à faire est de configurer les LED. Allez dans Configuration > LED Hardware et choisissez sk9822 (ou le type correspondant à vos LED si vous en avez pris d’autres) comme Controller type et cliquez sur sur Save settings. À partir de là, les LED devraient commencer à s’allumer (seulement certaines).

Il faut aussi indiquer l’ordre des couleurs, pour ce faire cliquez sur RGB Byte Order Wizard depuis le menu avec la baguette magique en haut à droite de l’écran. Suivez les instructions indiquées en choisissant les couleurs qui s’allume sur vos LED par rapport à celle indiquée à l’écran. Quand des couleurs ne sont pas les mêmes, Hyperion va automatiquement remettre l’ordre des couleurs dans le bon ordre.

On va maintenant configurer le nombre de LED et leur placement par rapport à l’écran. Allez dans l’onglet LED Layout de l’écran de configuration précédent et indiquez les paramètres suivants dans le formulaire Classic Layout :

  • Top : nombre de LED en haut de l’écran,
  • Bottom : nombre de LED en bas de l’écran,
  • Left : nombre de LED à gauche de l’écran,
  • Right : nombre de LED à droite de l’écran,
  • Gap length : permet d’indiquer un espace vide sans LED (si vous avez par exemple un endroit où vous ne pouvez pas fixer le bandeau de LED,
  • Gap position : permet de décaler le début du gap (s’il est indiqué),
  • Input position : permet d’indiquer où commence votre circuit de LED (par défaut il commence dans le coin en haut à gauche). Dans mon cas avec un départ au milieu de la bande du haut et ayant 72 LED sur celle-ci, j’ai 36 pour indiqué que mon circuit commence à la moitié de la bande du haut,
  • Reverse direction : permet de changer le sens du circuit de LED (par défaut dans le sens horaire).

Pour bien configurer le sens, il faut s’imaginer les bandes de LED installées derrière la TV et voir dans quel sens part le circuit (en regardant les flèches sur les bandes de LED). La prévisualisation du circuit sur la page de configuration représente votre circuit vu en face de l’écran de la TV (pas par l’arrière en face des LED). Sur la prévisualisation, les LED indiquées en noire puis en dégradé de gris indiquent le sens pris en compte, si ça ne correspond pas à votre installation, il faudra cocher la case Reverse direction.

Dans la partie Advanced Settings, je conseille de réduire un peu les valeurs Horizontal/Vertical LED depth avec respectivement quelque chose comme 8% et 5% ce qui permet de réduire un peu la zone de prise en compte de la couleur au bord de l’écran (avec des valeurs trop hautes, les LED ont tendance a un peu trop changer de couleur alors que le bord de la vidéo ne change pas.

Une fois terminé, cliquez sur Save Layout. Pour vérifier que ça fonctionne correctement, vous pouvez lancer quelques animations de test en allant sur Effects configurator. Sur le formulaire de droite, choisissez un effet préconfiguré et cliquez sur Load effect, puis sur le formulaire de gauche sur Start test. Les LED devraient alors s’animer selon l’effet choisi. Cliquez sur Stop test pour arrêter l’animation.

Exemple de test

Sur la page Configuration > Capturing Hardware, décochez le case Enable platform capture (à moins que vous utilisez aussi le Raspberry Pi pour afficher quelque chose sur la TV), et cochez bien Enable USB capture. Cliquez sur Save settings. Le formulaire en -dessous permet de configurer votre matériel de capture vidéo ; à priori on peut laisser tout en automatique (ou au moins choisir la clé de capture dans la liste Device).

Sur la page Configuration > Image Processing, le formulaire Color Calibration permet de configurer les couleurs des LED. Je vous conseille de mettre à 100% la valeur dans Brightness compensation afin de réduire l’intensité lumineuse du blanc par rapport aux autres couleurs (sinon le blanc sera bien trop puissant puisqu’il combine les 3 couleurs de LED rouge, vert et bleu). Vous pouvez aussi ajuster la luminosité globale (là ça dépend de votre environnement) et décocher Colored backlight. Cliquez sur Save settings. Le formulaire suivant Smoothing permet de configurer un effet de fondu au changement de couleurs sur les LED. Si l’effet est plutôt sympa en apparence, je déconseille fortement de l’activer au risque d’avoir un rendu en retard par rapport à la vidéo (ça rend beaucoup mieux quand les LED suivent le plus rapidement possible ce qui est affiché à l’écran) ; par contre pour éviter un effet poussé de clignotement, il faudra probablement que vous ajustiez la luminosité après les premiers essais. Enfin, le formulaire suivant Blackbar detector permet de configurer la prise en compte de bandes noires horizontales en haut et bas d’écran ; je vous conseille évidemment de l’activer si ce n’est pas le cas.

Sur la page Configuration > Effects, vous pouvez choisir les animations à afficher au démarrage du système (formulaire Boot Effect/Color) ou quand il est en mode veille (formulaire Background Effect/Color).

À partir de là, si tout s’est bien déroulé, vous avez vos LED qui fonctionnent correctement et une capture qui prend bien en compte une source vidéo externe (il faudra peut-être redémarrer le système pour que ce soit pris en compte). Pour terminer, il ne vous reste plus qu’à installer vos LED derrière la TV (les bandes de LED sont généralement vendues avec un scotch double-face pour les attacher où bon vous semble).

Avantages, inconvénients et contraintes

Sans nul doute, le principal avantage est de pouvoir avoir du Ambilight sans débourser une somme astronomique. Sur mon installation pour TV 55″, j’ai déboursé au total près de 130€ (sans compter le splitter HDMI dont je n’ai pas eu besoin puisque mon ampli le fait déjà). Cela revient donc bien moins cher qu’un installation prête à l’emploi à 500€ (ou changer de TV pour une Philips).

Cependant, ceci est au détriment d’un montage et d’une installation que certains pourront trouver fastidieux et sans être à l’abri que ça ne fonctionne pas correctement à la fin. Ceci dit, après quelques essais infructueux, j’ai quand même réussi à avoir un système fonctionnel et un visuel plutôt agréable. Le seul inconvénient qui reste et qui peut se remarquer de temps en temps est une légère latence lors de changement d’image sans transition, les LED réagissent très vite mais il y a tout de même un retard de quelques millisecondes, mais généralement on n’y porte pas vraiment attention.

De temps en temps, il arrive aussi que le système n’arrive pas à se connecter aux LED lors d’un démarrage à froid du Raspberry Pi. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais un redémarrage de Hyperion (via SSH avec un /sbin/reboot en root) corrige le problème. C’est un peu galère quand ça arrive, mais je n’ai pas encore vraiment cherché pourquoi cela se produit.

Globalement, je suis très satisfait de cette expérience qui donne quelque chose en plus pendant les séances de films ou de jeux.

Pour aller plus loin…

Pour améliorer encore plus ce système, on peut penser à plusieurs choses comme :

  • fabriquer un boitier custom pour mettre tout le matériel dedans et éviter que ça traine n’importe comment (en intégrant des boutons pour allumer/éteindre, des connecteurs pour brancher/débrancher les câbles allant à l’alimentation et au Raspberry Pi, …),
  • de la domotique pour allumer/éteindre le système via des assistants vocaux par exemple ; en utilisant par exemple une prise connectée compatible avec Google ou Alexa,
  • l’installation de lumières additionnelles pour apporter encore plus d’ambiance lumineuse ; Hyperion supporte ce genre de matériel (notamment la gamme Hue de Philips), mais je n’ai pas vraiment explorer cette piste.

Commentaires 16

  • Tuto très clair bravo !

    Sans rentrer dans les détails on comprend comment faire une installation Ambilight.

    Après j’aurai peut être pris la version Coffee du Grabber HDMI plutôt que la version Black qui ne fonctionne qu’en USB2.

    Pour le problème de démarrage peut être partir sur une version lite de Raspberry Pi OS et d’installer directement HyperHDR dessus, a voir. Ou bien d’utiliser les broches SPI1 au lieu de SPI0 pourrait résoudre ce problème aussi.

    • J’avais pas fait gaffe à la version coffee du grabber. Après en vrai je pense pas que ça fasse beaucoup de différence sur le résultat ; mais la différence de prix étant assez minime, c’est vrai que c’est pas plus mal de prendre cette version améliorée.

  • Smoothing : « je déconseille fortement de le désactiver pour avoir un rendu en retard par rapport à la vidéo »

    je pense que tu as édité ta phrase sans mettre à jour toutes les négations 🙂

    Je cherche à améliorer un problème de latence sur mon système, il vaut mieux que je désactive le smoothing c’est bien ça?

    • Effectivement la phrase n’était pas dans le bon sens 🙂 C’est corrigé. Le smoothing en gros c’est avoir un effet de transition plus doux au changement de couleur, c’est sympa et ça fait moins flashy au yeux mais ça prend plus de temps pour arriver à la bonne couleur donc ça engendre une latence plutôt désagréable par rapport à l’image affichée à l’écran (surtout sur les séquences vidéos qui changent très vite d’images).

  • Hello,
    Déjà un grand merci pour ce tuto qui est vraiment top 🙂
    Petite question, est-ce que cela fonctionne avec la télé en elle même, TNT, réception par l’antenne ?
    Ou est-ce forcément depuis un lecteur / console / ou boxe qu’il faut regarder pour que cela fonctionne ?

    Merci d’avance

    • Il faut pouvoir envoyer l’image de la source sur le système de capture d’image du raspberry. Malheureusement, je ne pense pas que les TV proposent d’envoyer l’image ailleurs que sur la TV elle-même. Si le but est de pouvoir utiliser une source TNT, il faut passer par un boitier de reception externe (ça ne doit pas coûter bien cher aujourd’hui) qui permettra d’envoyer l’image sur le splitter pour envoyer ensuite l’image sur la clé de capture branchée au raspberry et sur la TV via une des entrées HDMI de la TV. C’est sûr que ça reste encore du bidouillage et que c’est moins pratique qu’un système Ambilight directement intégré à la TV.

  • Bonjour,

    J’ai suivis votre tuto!
    Mais, le soucis, j’utilise deux sources d’alimentation :
    5v-6A pour mes led (88 au total)
    5v-0,3A pour la pi (fournie a l’achat)

    Le soucis, j’ai bien tout suivis, mais, aucune led ne s’allume, le grabber recupère bien l’image, visible en miniature sur HyperHDR.

    Je suis perdu, entre tous les différents tuto que l’on trouve sur la toile.

    Si tu as un peu de temps pour échanger =)

    Merci

    • J’ai plus ou moins suivi le tuto en ayant peu de connaissance dans l’électricité et j’ai pas mal galéré mais j’ai réussi à avoir une installation correct.

      Pour ton problème, regarde d’abord si tu as du courant qui passe partout dans ta bande LED avec un multimètre, c’est une étape obligatoire pour vérifier ton installation, un courant proche de 5V doit circuler.

      On peut en discuter ailleurs que par commentaire.

    • Comme indiqué par François, assure-toi déjà que tu as bien 5V (ou assez proche) sur toute bande de led ; si ce n’est pas le cas ajoute une connexion à ta source d’alimentation dans la/les zone(s) ou la tension n’est pas suffisante. Ensuite quelle est le type de bande de LED que tu as utilisé ? Car l’absence totale de LED allumée peut aussi venir d’une mauvaise configuration de type de contrôleur dans le logiciel Hyperion (dans le tuto j’ai utilisé un modèle SK9822, mais il y en a plein d’autres). Aussi est-ce que la connexion au Rasperry Pi est bien faite sur les bonnes broches ?

      Quoi qu’il arrive si aucune LED ne s’allume, je dirai que le soucis ne peut venir que soit d’un soucis d’alimention sur le bandeau de LED, soit d’une mauvaise communication entre les LED et le logiciel Hyperion (au niveau matériel ou logiciel).

  • Bonjour,
    Je vais installer un ruban led (60led/m) SK9822 de 5m.
    Si je calcule bien cela me donne 18 ampère Max.
    Quelle est la section de câble à utiliser pour l’alimentation du raban led (5v et gnd)?
    Merci

  • Bonjour, et merci pour le tuto !
    J’ai démarré après avoir commandé tout le matériel indiqué, seulement la soudure ce n’est clairement pas mon truc^^
    Je ne trouve pas de connecteur d’angle en 12mm (ou alors livré dans un mois avec Aliexpress), mais presque tout le temps en 10mm, si vous avez un lien livrable dans pas trop longtemps (à partir de l’Europe) ça m’intéresse.
    Merci,
    Franck

  • bonjour

    merci pour ton tuto très détaillé , je peux enfin concrétiser ce projet que j’avais depuis un moment en tete.

    Reste un petit soucis que je n’arrive pas a regler, le grabber me ressort un image en noir et blanc, et du coup je n’ai que du ambilight a différente intensité de blanc ( les couleur fonctionnent bien sur commande).
    Je suppose que c’est une histoire de reglage ; j’ai pu tomber la dessus pour m’aider : https://hyperion-project.org/forum/index.php?thread/10434-hyperion-ng-no-colors-over-usb-grabber/&postID=24772#post24772
    Mais je ne trouve pas ou faire ces reglages :/

    Une petite idée ?

  • Bonjour,
    Merci beaucoup Jérémy pour ce tuto super bien réalisé. Je viens de faire mon système et c’est ouf !!!
    Je rebombis sur la question de Broxxe. J’ai moi aussi séparé l’alimentation des led et du rapberry. Rien ne fonctionnait. Il faut en faite faire une masse commune. Donc quand même relier un moins ( Sur le schémas GPIO il y en a plusieurs au choix ) du raspberry au led.
    Par contre mes led se mettent à scintiller et à flasher c’est vraiment génant. Quelqu’un a-t-il ce problème ? Sinon je vais voir pour tout mettre sur la même alimentation.
    A part ça, j’ai quasiment la même configuration que dans le tuto. La différence est que j’ai mis que 3 points d’alimentation. J’ai placé le 3eme en haut au milieu car effectivement, alimenter juste aux deux bouts avec 220 led c’est pas suffisant. J’ai profité des points de soudures des led pour me brancher dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.