Le rêve américain : du pop art à nos jours

Un panorama passionnant montrant l'évolution de l'art américain à travers de superbes estampes

Depuis le 2 juin et jusqu’au 2 septembre, la Fondation Custodia propose l’exposition Le rêve américain : du pop art à nos jours qui retrace, à travers des l’estampes issues de la collection du British Museum, la créativité de l’art américain des années 60 à aujourd’hui.

Panorama de l’essor de la gravure américaine

À travers une centaine d’œuvres et plus de 42 artistes, Le rêve américain : du pop art à nos jour est une belle exposition issue d’une collaboration entre la Fondation Custodia, Le British Museum et la Terra Foundation for American Art. Elle met en avant l’estampe qui désigne une image imprimée sur papier à l’aide d’un support encré et passé sous presse. Différents types d’estampes sont ainsi présentés :

  • La gravure qui est l’art de creuser le bois ou le métal dont l’eau-forte est un dérivé qui utilise un procédé chimique
  • La lithographie qui est l’art d’imprimer un sujet dessiné sur de la pierre
  • La sérigraphie qui s’apparente à la technique du pochoir.

C’est avec le pop art que commence cette exposition, présentée sous forme chronologique, ainsi on apprécie les œuvres des grands noms de ce mouvement qui s’inspirent de la société de consommation, des médias et de la publicité avec plusieurs sérigraphies d’Andy Warhol, des lithographies de James Rosenquist, Tom Wesselmann, Roy Lichtenstein et une eau-forte de Claes Oldenburg.

De gauche à droite : Andy Warhol, Marilyn, sérigraphies, 1967 ; Andy Warhol, Vote for McGovern, sérigraphie, 1972

S’en suit une salle consacrée aux trois géants de l’estampe américaine du début des années 60 que sont Jasper Johns, Robert Rauschenberg et Jim Dine. On notera la très belle œuvre de Rauschenberg, Sky Garden, avec une multitude de références à la conquête spatiale comme l’empreinte de pas de l’astronaute Buzz Aldrin en haut à droite ou encore les très différentes œuvres de Jim Dine représentant simplement des pinceaux.

De gauche à droite : Robert Rauschenberg, Arena I State I, lithographie, 1969 ; Robert Rauschenberg, Sky Garden, lithographie et sérigraphie, 1969 ; Robert Rauschenberg, White Walk, lithographie, 1972

L’exposition prend ensuite un tournant majeur en présentant des œuvres abstraites des années 70 qui mettent en avant la symétrie, la simplicité et le minimalisme et des œuvres issues des mouvements artistiques que sont le minimalisme et l’art conceptuel. Une partie étrange, toute en lignes et en carrés qui tranche fortement avec les estampes précédemment observées !

Frank Stella, Purple Series, lithographies, 1972

Peu de visages sont présentés dans l’exposition jusque là, mais c’est dans la suite de l’exposition que l’humain revient sur le devant de la scène comme avec les magnifiques Eric et Cindy de Robert Longo qui semblent en train de danser frénétiquement ou de se tordre de douleur, ou les deux.

De gauche à droite : Robert Longo, Eric, lithographie, 1984 ; Robert Longo, Cindy, lithographie, 1984

C’est avec des artistes plus contemporains que se termine l’exposition avec des thèmes sociaux et politiques abordés comme avec Kiki Smith qui s’intéresse à des thématiques féministes ou encore Kara Walker dont les œuvres splendides dénoncent les inégalités raciales.

De gauche à droite : Kara Walker, Restraint, eau-forte et aquatinte, 2009 ; Kara Walker, No World, aquatinte, 2010

L’évolution américaine à travers l’estampe

J’ai beaucoup aimé cette belle exposition proposée par la Fondation Custodia. On y découvre des œuvres issues de différents courants artistiques, classées par ordre chronologique, ce qui offre, indirectement, un panorama de l’évolution des États Unis par le biais de ses artistes.

S’il s’agit toujours d’estampes, les styles présentés sont très variés. Ainsi on passe des petits points colorés très inspirés de la BD de Roy Lichtenstein aux lignes de Sol LeWitt, c’est très étonnant ! Et puis, s’il n’y a pas d’audioguide, un livret explicatif très bien conçus est donné aux visiteurs. On y trouve toutes les informations sur les différents courants artistiques mais aussi sur chacune des œuvres présentées.

Le rêve américain : du pop art à nos jours est une exposition proposée au tarif plein de 10€ qui offre un panorama passionnant, très bien documenté pour découvrir l’estampe américaine.

Fondation Custodia

Adresse
121 rue de Lille — 75007 Paris, France
Téléphone
01 47 05 75 19
Horaires d'ouverture
Ouverte tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h
Localisation
Voir sur Google Maps
Site internet

En résumé

C'est une superbe exposition que nous propose ici la Fondation Custodia avec ces estampes issues des collections du British Museum et qui retrace l'évolution de l'art américain depuis les années 60 à aujourd'hui. On y découvre de nombreux artistes à travers plus de 100 œuvres et plusieurs courants artistiques différents. Le livret explicatif donné à l'entrée donne plein de détails passionnant et on apprend plein de choses grâce à ce panorama !

Les plus

  • Le livret explicatif
  • Les courants artistiques variés
  • Plein d'artistes
  • L'évolution chronologique

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Epingler sur Pinterest

Partager