Peintures des Lointains

Exposition très instructive qui retrace l'évolution des regards des occidentaux colonisateurs sur les contrées lointaines

Peintures des Lointains est une grande exposition proposée en ce moment et jusqu’au 6 janvier 2019 par le musée du Quai Branly et consacrée à la collection de peintures du musée avec près de 200 œuvres inédites qui révèlent l’évolution du regard porté en Occident sur les territoires lointains entre le 18ème et le 20ème siècle.

Les pays lointains vus par l’Europe coloniale

Les peintures présentées dans cette exposition sont des témoins de l’évolution du regard porté par les pays occidentaux colonisateurs sur les peuples et territoires lointains. Entre exotisme, fascination, fantasme, ethnographie et propagande coloniale ; les visions de ces artistes souvent peu connus sont extrêmement variées.

Le Crique de Cilaos, Marcel Mouillot (vers 1931, huile sur toile)

Une grande partie des œuvres exposée provient du musée colonial du Palais de la Porte dorée qui avait été créé en 1931 pour l’exposition coloniale internationale. Après la seconde guerre mondiale, à la décolonisation, ces œuvres ont été mises de côté et sont progressivement tombées dans l’oubli avant de rejoindre la collection du musée du Quai Branly il y a une douzaine d’années.

Cette exposition c’est l’occasion de s’interroger sur ces peintures qui sont parfois de très belles invitations au voyage, d’autres fois des documents ethnographiques précis ou encore parfois des illustrations pour assoir l’impérialisme colonial de l’époque.

Des territoires qui font rêver

Avec des couleurs chatoyantes, les paysages sont chargés d’exotisme. Des visions quelques peu fantasmées par les peintres mais qui donnent lieu à de splendide peintures.

Jonques de mer à Culao, Frédéric Bernelle (fin des années 1920, huile sur toile)
Café maure près d’Alger, Vincent Courdouan (1854, huile sur bois)

Une approche presque scientifique

Si les artistes ont souvent peint les paysages, nombreux ont été ceux qui ce sont intéressés à la vie locale des pays visités : marchés, danses, vêtements mais aussi deuil. Certains artistes étudient les lointains avec une approche plus scientifique et une description qui se veut objective.

Filles kabyles, Marc Alfred Chataud (seconde moitié du 19ème siècle, huile sur toile)

Des enjeux économiques

Les peintures sont aussi des témoins des enjeux économiques qui liaient l’Occident à ses colonies. Avec l’expansion coloniale de la seconde moitié du 19ème siècle, les peintures reflètent des phases de conquête, des affrontements, de la violence.

Soumission du Maroc, Paul Dupuy (vers 1930-1931, huile sur toile)

Une exposition passionnante

À travers cette immense série de tableaux, ce sont trois siècles d’histoire qui sont illustrés.

Pour bien comprendre les enjeux de chaque période et comment le regard de l’Occident à peu à peu évolué, l’exposition est ponctuée de nombreux textes explicatifs détaillés très bien faits. En plus de ces textes, la plupart des œuvres disposent également d’un cartouche explicatif qui détaille les conditions et enjeux liés à la création.

Outre cet aspect historique, l’exposition est en grande majorité composée de tableaux qui font rêver mêlant ainsi fantasme, beauté naturelle des lieux et onirisme comme avec l’œuvre de Willy Worms que je trouve particulièrement belle.

Ambohimanga, Willy Worms (vers 1925, peinture à l’huile, sable et cire sur toile)

J’ai également adoré les créations très Art Déco de Jean Dunand.

Éléphant, Jean Dunand (1942, laque synthétique, peinture et coquilles d’œuf sur contreplaqué)

Peintures des Lointains est sans conteste une très belle exposition du Quai Branly à ne pas rater !

Musée du Quai Branly Jacques Chirac

Adresse
37 Quai Branly — 75007 Paris, France
Téléphone
01 56 61 70 00
Horaires d'ouverture
Mardi, mercredi et dimanche : 11h00 - 19h00 ; jeudi, vendredi et samedi : 11h00 - 21h00
Localisation
Voir sur Google Maps
Site internet

En résumé

Peintures des Lointains est une exposition magnifique, très bien documentée qui présente l'évolution du regard de l'Occident sur les pays colonisés. Entre vision fantasmée voire onirique, documentaire et propagande coloniale, les quelques 200 peintures présentées illustrent un pan de l'histoire.

Les plus

  • La diversité des styles
  • Les différents points de vue
  • Les explications
  • Grande exposition
  • Très instructif

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.