Alice, retour au pays de la folie

Les adaptations précédentes des romans de Lewis Carroll n’ont qu’à aller se rhabiller, ici pas de monde enchanteur aseptisé. Alice, retour au pays de la folie nous plonge dans la tête d’une Alice complètement dérangée et partiellement amnésique qui tente de recoller les morceaux de sa vie qui part en lambeaux.

Une histoire de dingue !

Depuis la mort de ses parents et de sa sœur dans un incendie, la petite Alice a complètement perdu la boule. Elle est passée d’un asile psychiatrique, à la prison en passant par la rue. Elle va devoir explorer à nouveau le Pays des Merveilles pour retrouver ses esprits, se souvenir. Mais au même titre que sa cervelle, le Pays des Merveilles n’a plus grand chose de merveilleux, tout y est inquiétant, encore plus fou que par le passé. Alice va devoir crapahuter dans ce monde afin de comprendre ce qui s’est réellement passé le jour où la maison familiale s’est enflammée en la séparant à jamais de sa famille.

L’histoire se passe donc en partie au Pays des Merveilles mais aussi à moitié à Londres à la fin du XIXème siècle où l’on va devoir rencontrer des personnages tous plus tordus les uns que les autres mais qui aideront Alice à recoller les morceaux du puzzle. Et quand Alice n’est pas à Londres, elle hallucine au Pays des Merveilles ou elle se bat contre ses propres démons et où elle cherche des fragments de souvenirs. Dans ce monde, on retrouvera les bien connus Chapelier fou, le Chat du Cheshire, la chenille qui fume la chicha, les soldats de carte… mais avec une petite touche « glauque » : le chat est rachitique, les soldats ressemblent à des squelettes et le Chapelier est encore plus fou que d’habitude !

Un gameplay qui dérange parfois

Voilà le gros bémol du jeu : le gameplay. Combien de fois j’ai pesté contre cette Alice qui n’a pas de bras pour s’accrocher et qui saute comme un manche à balais !! C’est surtout au début, quand on commence le jeu que cet aspect du gameplay dérange beaucoup parce que finalement après quelques parties, on passe outre ce défaut mais quand même c’est dommage !

Une autre chose dans les points négatifs c’est la caméra, ouais là aussi, on râle, elle ne suit pas les mouvements et se place souvent n’importe où (de préférence là où on voit rien de l’action) mais après quelques temps, on comprend bien qu’on doit la diriger nous-même tout le temps et on s’y fait aussi !

Au niveau des combats contre toutes sortes de monstres et créatures issues de l’esprit déglingué d’Alice, je les ai trouvé très variés et dynamiques donc c’est un point assez chouette, évidemment il faudra adapter le choix des armes aux créatures à battre mais ça rend les combats plus fun !

Dans le Pays des Merveilles, Alice devra aussi découvrir toutes les salles cachées et bonus dans les 6 chapitres énormes du jeu. Au programme : des souvenirs à trouver, des dents à ramasser pour améliorer les armes qu’il faudra aussi trouver, des salles spéciales pour gagner de la vie, des groins de cochons à assaisonner… Pour trouver tout ça, on dispose d’un mode de « mini-sensibilité » pendant lequel Alice est toute petite, ce qui lui permet de repérer des indices cachés invisibles pour une personne saine d’esprit et de taille normale !

Une folle aventure !

Au final, même si les sauts et la caméra m’ont parfois gênés, j’ai très vite accroché à cet univers complètement fou des créateurs d’American McGee (jeu auquel je n’avais pas joué mais qui est disponible en téléchargement gratuit en ligne pour l’achat d’Alice, retour au pays de la folie). On en prend plein la vue au niveau des décors très variés même si la qualité des graphismes de près aurait pu être plus soignée, ce jeu a vraiment été pour moi un vrai moment de plaisir, j’ai adoré cette quête de la vérité dans ce contexte tordu et puis terrasser des ennemis en tout genre !

Quant à la durée de vie du jeu, elle est quand même longue si on cherche tous les objets et fragments de souvenirs en explorant tous les recoins des décors !

Alice, retour au pays de la folie

Editeur(s)
EASpicy Horse
Date de publication
15 juin 2011
Site internet
Nombre de joueurs
1 joueur

En résumé

Ce jeu est la suite d'American McGee, Alice, plus tout à fait saine d'esprit, cherche à comprendre ce qui s'est réellement passé la nuit où sa famille est morte dans un incendie, elle va donc retourner au pays des merveilles. L'ambiance est réussie, les décors très colorés, les personnages déglingués, la musique prenante, on accroche très vite au jeu mais il n'est quand même pas sans défaut (et ça c'est dommage!) puisque qu'on va beaucoup râler contre la caméra et les sauts d'Alice mais après quelques temps on y fait presque plus attention et on entre à corps perdu dans la tête folle d'Alice!

Les plus

  • L'ambiance générale complètement folle
  • La recherche de la vérité par Alice
  • Les personnages glauques et loufoques
  • American McGee dispo gratuitement

Les moins

  • La caméra et les sauts
  • Les textures des décors de près

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.