Valérian et la Cité des mille planètes

Le nouveau space opéra de Luc Besson pour nous en mettre plein les yeux

Dans les salles depuis le 26 juillet, Valérian et la Cité des mille planètes est le nouveau blockbuster intergalactique de Luc Besson. Inspiré de la BD Valérian et Laureline, il raconte l’histoire de deux agents spéciaux chargés de maintenir l’ordre à travers la galaxie.

Deux agents spatio-temporels

Nous sommes au 28ème siècle. La Cité des mille planètes, nommée Alpha, est une mégalopole intergalactique formée par l’amas continuel depuis plusieurs centaines d’années de vaisseaux en tout genre et peuplés de plusieurs millions d’humains et espèces extra-terrestres. Tout ce petit monde partage harmonieusement connaissances et cultures.

Ailleurs dans la galaxie, la planète Mül abrite un paradis tropical avec un peuple simple qui vit en harmonie parfaite avec la nature. Ils cultivent d’étranges perles surpuissantes leur fournissant l’énergie nécessaire ; qu’ils rendent à la nature grâce à de petites créatures qui répliquent tout ce qu’elles ingèrent. Mais un jour, des dizaines de vaisseaux s’écrasent sur la planète impliquant sa destruction totale ! Par chance, quelques dizaines d’individus ont eu le temps de se protéger dans un débris d’un vaisseau écrasé qui va leur servir de bouée de sauvetage dans l’espace.

Sous les ordres du Ministre de la Défense, les deux agents spéciaux Valérian et Laureline sont missionnés pour récupérer une de ces créatures réplicatrice, que tout le monde s’arrache, des mains d’un trafiquant notoire. Ils vont vite se retrouver mêlés à une course contre la montre pour sauver la Cité.

Une adaptation hors norme

Luc Besson réalise un rêve d’enfant avec ce film en s’inspirant des aventures de BD Valérian et Laureline de Pierre Christin, Jean-Claude Mézières et Evelyne Tranlé qu’il adore depuis son enfance. Vingt ans après le succès mondial du film Le Cinquième élément qui s’inspirait déjà du même univers, Luc Besson revient dans le genre de la science-fiction pour nous faire découvrir cet univers qui l’inspire tant ! Doté d’un budget pharaonique de près de 200 millions d’euros, Luc Besson a voulu avoir les moyens de ses ambitions pour réaliser ce qu’il avait en tête.

Et donc, c’est comment ?

Avant toute chose, je dois dire que je n’ai ni lu la BD, ni vu le dessin animé Valérian et Laureline. J’étais donc totalement vierge de tout avis avant d’aller voir le film. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre à part savoir que la bande annonce du film montrait un univers dans le style du Cinquième élément que j’avais adoré.

Et c’est peut-être ce qui m’a un peu déçu à la fin.

Je veux dire par là que je m’attendais à quelque chose de bluffant, de surprenant ; mais en fait la surprise n’est pas vraiment là. Enfin elle ne l’est plus. Bien que l’univers soit agréable, joli et plutôt complet, j’ai eu une impression de trop peu ; quelque chose qui m’a fait dire en sortant de la salle « Mouais, sympa mais c’est pas ouf non plus« .

Les différentes créatures de cet univers sont particulièrement bien soignées

Pourtant le film commence plutôt très bien. Une première partie du film avec une intro bien foutue sur l’histoire de la naissance de cette Cité des milles planètes au son du tube Space Oddity de Bowie puis la découverte des peuples, créatures et personnages principaux. Mais dès que la trame de l’histoire commence, on perd cette magie pour se retrouver avec quelque chose de classique, prévisible, de temps en temps incohérent et où on se demande des fois s’il se passe vraiment quelque chose.

J’avoue avoir été un peu mal à l’aise avec les deux personnages principaux qui n’accrochent pas vraiment ; entre l’un qui fait un peu ado relou avec sa demande à répétition en mariage, et l’autre qui manque clairement d’expressions, il y a un certain manque de folie, d’humour avec ces deux là ! Je n’ai pas non plus compris l’intérêt de Rihanna dans le film ; à part nous montrer une danse totalement inutile en soi, elle ne sert pas à grand chose (son personnage étant une créature polymorphe qui reprend son apparence d’origine pour le reste du film). Par contre d’autres ont été appréciables, par exemple l’apparition d’Alain Chabat en vieux fou un peu taré m’a bien fait rire.

Alain Chabat dans le rôle de Bob, le pirate

Avec une image réussie, que ce soit par les décors, les créatures ou les effets spéciaux, mais même si l’histoire est sans grand intérêt, le film reste tout de même un bon divertissement. C’est ce genre de film qui se doit d’être vu sur grand écran pour en avoir plein la vue. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de le voir en 3D que j’ai trouvé plutôt bien utilisée ; les effets de profondeur sont bien travaillés et les scènes spatiales donnent un très bon rendu !

Et si vous voulez en savoir plus sur l’histoire et toutes ses incohérences, allez lire l’article d’un odieux connard qui m’a bien fait rire en repensant au film 😄

Valérian et la cité des mille planètes

Auteur(s)
Luc BessonJean-Claude MézièresPierre Christin
Producteur(s)
Virginie Besson-Silla
Date de publication
26 juillet 2017
Acteur(s)
Dane DeHaanCara DelevingneClive OwenRihannaEthan HawkeKris WuAlain Chabat
Réalisateur(s)
Luc Besson
Compositeur(s)
Alexandre Desplat
Société de production
EuropaCorp
Pays de production
France

En résumé

Valérian et la Cité des milles planètes se veut d'être le plus gros succès de Luc Besson ; mais même si visuellement il est très agréable et que le début du film promet quelque chose de super, le déroulement de l'histoire nous fait rester sur notre faim. Ce qui en fait un bon divertissement, mais pas vraiment le meilleur space opéra.

Les plus

  • Une image superbe
  • L'univers et les créatures
  • L'intro et la présentation de l'univers, des personnages
  • 3D bien exploitée
  • Alain Chabat en vieux fou barbu

Les moins

  • Manque d'humour
  • Relation entre les deux héros pas très naturelle
  • L'histoire principale sans grand intérêt
  • Le méchant qui manque de charisme

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.