Roborock S5 Max

Pour un nettoyage quotidien sans efforts

Dans le monde merveilleux des assistants intelligents de la vie courante, il y a celui des robots aspirateur. On vous promet ainsi de nettoyer tout votre logement à votre place grâce à un petit robot qui s’occupe d’aspirer les poussières et même nettoyer toutes les surfaces sans que vous vous en occupiez. L’idée de base est plutôt alléchante, mais la réalité n’est souvent pas aussi pratique.

Cela fait déjà pas mal d’années que les robots aspirateurs existent et après des débuts pas très convaincants avec des robots pas super efficaces, l’offre s’est particulièrement bien améliorée depuis et même si on est encore loin d’une égalité de nettoyage fait à la main avec un aspirateur balai, on s’approche quand même fortement d’un résultat tout aussi satisfaisant.

J’étais ainsi plutôt sceptique au départ sur l’idée d’utiliser un robot aspirateur en me disant que c’était plutôt un gadget qu’autre chose qui ne réussirait pas à nettoyer correctement en devant repasser derrière et faire perdre plus de temps qu’autre chose. D’autant plus que les prix ne sont pas donnés pour certains modèles (comptez entre 200€ et 600€, voir jusque plus de 1000€ pour les modèles les plus hauts de gamme), je pensais que c’était vraiment jeter de l’argent par les fenêtres. Et en regardant les différents tests et avis, je me suis finalement laisser tenter par la marque Roborock et son modèle S5 Max.

Le robot aspirateur S5 Max de Roborock en action

Pourquoi ce modèle plutôt qu’un autre ?

La société Roborock est spécialisée dans les appareils de nettoyage depuis 2014 et plus spécialement dans le domaine des robots nettoyeurs. Avec un premier investissement, Xiaomi en fait une filiale et sort leur premier robot en 2016.

Aujourd’hui, Roborock propose une gamme étendue avec pas moins de 10 robots aspirateurs dans deux catégories :

  • La gamme E avec les modèles E2, E3 et E4 destinée au petits budgets qui n’ont pas besoin d’avoir tout plein de fonctionnalités avancées (comptez tout de même 300€ pour la version la plus récente).
  • La gamme S avec les modèles S4, S5, S6 et le tout nouveau S7 ainsi que les modèles mis à jour S5 Max et S6 Max. Celle-ci est orientée « haut de gamme » avec des fonctionnalités bien plus avancées et des équipements supplémentaires.

En ce qui me concerne, j’avais plusieurs préférences : avoir un robot qui arrive à se déplacer efficacement et logiquement, qui ne fasse pas trop de bruit (qu’on puisse l’utiliser en étant présent sans que ça ne devienne fatiguant), qui puisse aussi laver les sols (tant qu’à faire), qui ait une application pratique permettant de personnaliser le nettoyage si besoin, et enfin un prix pas trop élevé. Avec ses contraintes, je me suis tourné vers la gamme S pour le système de repérage dans l’espace plus efficace avec la cartographie par lasers ; puis vers du S5 minimum pour la fonction de nettoyage des sols intégré ; et finalement le S5 Max qui propose un réservoir d’eau plus grand par rapport aux modèles S6. J’ai aussi mis de côté le modèle S6 Max qui apporte le système de repérage d’objets avec caméras et une puissance d’aspiration un peu plus élevée (en puissance d’aspiration maximum) pour 100€ de plus mais qui ne m’intéressait pas plus que cela.

Au final, tout dépend de ce que l’on souhaite en faire pour savoir quelles fonctionnalités garder. Pour quelle périodicité de lavage ? Faut-il laver le sols en même temps ? Est-ce que j’ai des tapis (parce que ça gêne forcément le nettoyage avec serpillières sur les modèles les moins récents) ? Est-ce que j’ai des animaux ? Est-ce que je veux pouvoir suivre en temps réel le robot ? Est-ce que je veux pouvoir personnaliser le nettoyage selon une pièce ou une zone ? Quelle est la puissance sonore acceptable ?

Le contenu de la boîte du Roborock S5 Max avec le robot, une serpillière de lavage et son support, la station de rechargement et le câble d’alimentation, un plastique de protection du sol et la notice (en plusieurs langues).

Roborock S5 Max

Le modèle S5 Max se classe donc dans la catégorie « haut de gamme » de Roborock et propose les fonctionnalités suivantes :

  • une navigation laser qui lui permet de cartographier très rapidement les pièces avec une très grande précision,
  • un nettoyage intelligent selon la forme de la pièce et des obstacles détectés avec son laser pour passer partout sans perdre de temps,
  • un bac à poussières de 460 ml (suffisant pour faire plusieurs nettoyages sans avoir à le vider à chaque fois),
  • une puissance d’aspiration maximum de 2000 Pa (mais en vrai, c’est moins puisque la puissance par défaut est le niveau 2 sur 4 dans la configuration de nettoyage),
  • une batterie qui lui laisse une autonomie d’environ 2 à 3h selon la puissance utilisée ce qui laisse le temps de nettoyer un grand espace (j’arrive à nettoyer 45m2 en 45 minutes en utilisant 25% de batterie),
  • une serpillière microfibre (fournie) pour nettoyer le sol (en option dans la configuration de nettoyage) avec un réservoir à eau de 290 ml qui permet de nettoyer une plus petite surface qu’avec l’aspiration (en utilisant le débit maximum pour mouiller le sol suffisamment, j’utilise les 2/3 du réservoir pour nettoyer 45m2),
  • un filtre à air E11 lavable (ces filtres ont une efficacité d’au moins 95%),
  • un volume sonore de 69 db (en aspiration normale) ce qui reste supportable même quand on est chez soi,
  • une application mobile permettant de gérer la cartographie de son logement, de configurer des zones interdites ou non lavable à l’eau (comme les tapis), de configurer les nettoyages et de les planifier, ou encore de lancer un nettoyage complet ou partiel (par pièce ou par zone),
  • une compatibilité avec les assistants Google et Alexa pour interagir avec le robot avec la voix sans passer par l’application,
  • une connexion au réseau wi-fi obligatoire pour pouvoir le contrôler via l’application (depuis n’importe où sans être forcément sur le même réseau) ou la voix,
  • un retour à une base de chargement automatique quand il fini son nettoyage (base qui doit être placée proche d’une prise avec 50 cm d’espace de chaque côté).

PS : les 45m2 indiqué correspondent à l’espace réellement nettoyé (ceci ne compte pas les endroits non accessibles par le robot — ici le logement correspondant fait en réalité 65m2).

Visuellement, le robot ressemble globalement à tous les autres que l’on peut voir sur le marché avec sa forme ronde d’un rayon d’environ 18 cm surmonté d’une petite tourelle qui cache le laser de cartographie lui donnant une hauteur totale d’environ 10 cm (faite attention si vous avez des meubles trop bas, il ne pourra pas passer, mais à partir de 10 cm de hauteur il ira fouiner partout où il pourra aller).

Sur le dessus, on retrouve uniquement 2 boutons : l’un pour allumer/éteindre le robot et lancer un nettoyage ; un autre pour le faire revenir à sa base de chargement tout seul. On trouve aussi la trappe d’accès au bac à poussières qui se retire très simplement pour le vider (une petite brosse est ranger à cet endroit pour aider au nettoyage du bac et/ou du robot).

Au-dessous, le robot possède 2 grosses roues crantées qui lui permettent d’éviter de glisser et de gravir des obstacles jusqu’à 2 cm de hauteur (typiquement les différentes hauteur de sol que l’on peut trouver dans un logement). Entre les roues, la brosse à poils et languettes synthétiques permettent d’attraper tout types de poussières, poils ou encore petits objets trainants par terre. Pour l’aider à capturer ce qui est hors de portée de la brosse principale, une autre petite brosse rotative sur le côté droit du robot permet d’envoyer ce qui traîne vers la gauche pour être aspirer ensuite. Le robot ne possède une brosse rotative que d’un seul côté car le robot fait le tour des pièces et des obstacles toujours en le gardant sur son côté droit (il fait donc toujours le tour des pièces dans le sens inverse des aiguilles d’une montre). Enfin, tout autour, quelques capteurs vérifient en permanence le sol pour détecter le vide ce qui lui permet d’éviter de tomber au bord d’un escalier par exemple.

Sur les côtés, on retrouve 2 capteurs de proximité (je pense que c’est lié à la base de recharge pour qu’il arrive à s’y orienter), un bumper sur toute la face avant pour détecter les objets devant et sur les côtés et enfin le réservoir d’eau à l’arrière qui se retire aussi très facilement avec le support à serpillière qui se clipse dessous si on veut l’utiliser.

Un nettoyage intelligent

Un des avantages du S5 Max est de profiter d’une part d’une détection par laser et d’autre part d’une amélioration de son processeur (par rapport au S5) ce qui lui permet de mieux cartographier l’espace à nettoyer et de définir un circuit de nettoyage le plus adapté possible selon la forme de la pièce et des obstacles détectés.

En réalité, le nettoyage commence toujours de la même manière : le robot va faire le tour de l’espace (pièce par pièce si elles ont été définies dans l’application) afin de déterminer la zone globale à nettoyer un peu comme si l’on faisait le tour d’un dessin au feutre avant de colorier l’intérieur. Ensuite, à partir de l’endroit où il termine son contour de la zone, il commence à faire des allers-retours dans un sens et gardera ce sens jusqu’au bout pour la pièce. Dès qu’il rencontre un obstacle, il va essayer d’en faire le tour en le contournant par la gauche (pour pouvoir utiliser correctement sa brosse rotative du côté de l’obstacle). Toujours en essayant de faire son mouvement d’allers-retours, le robot va essayer de passer partout dans la zone définie au début. À noter que la cartographie évolue en temps réel et il peut s’adapter lorsqu’un obstacle change de place (il pourrait cependant ne pas revenir à un endroit qu’il a estimé inaccessible à cause d’un obstacle auparavant qui aurait disparu entre temps). Je déconseille cependant d’éviter de trop changer l’espace calculé en reconnaissance parce qu’il pourrait choisir d’attribuer un bout de pièce qui aurait subitement apparu à une autre pièce du logement).

Le nettoyage intelligent se sert de la cartographie pour déterminer le trajet idéal pour nettoyer chaque espace

Dans le cas d’un logement avec plusieurs étages, le robot est capable d’enregistrer plusieurs cartes qu’il reconnaitra au lancement d’un nettoyage pour savoir sur quel carte il se trouve.

Un autre point que je trouve assez intéressant est la possibilité de laver le sol en même temps que l’aspiration. Pour cela, il suffit de remplir le réservoir arrière avec de l’eau (le constructeur déconseille l’utilisation de détergent pour éviter de boucher la pompe avec de la mousse ; personnellement j’en met quand même un peu en respectant les proportions du produit et ça n’a pas causer de soucis pour le moment). On attache ensuite la serpillière sur un support que l’on clipse sous le réservoir à eau sur le robot. Normalement, le robot le détecte et passer automatiquement en mode lavage de sol. Depuis l’application on peut décider du débit d’eau à utiliser (je conseille de mettre le débit maximum partout pour que suffisamment de liquide soit déposé sur le sol ; mais aussi de mouiller la serpillière dès le début avant de l’attacher au robot pour qu’elle soit efficace immédiatement).

Avant tout nettoyage, je conseille vivement de préparer l’espace de nettoyage pour bien rendre accessible ce qui peut l’être (ouvrir toutes les portes, ranger les choses qui traînent par terre, positionner ses chaises pour faciliter le passage du robot dessous et éviter de laisser traîner les fils pour éviter qu’il essaye de les aspirer). Lors de la toute première utilisation, le robot va faire une première cartographie afin de l’envoyer à l’application. À partir de ce moment, il sera possible de définir les différentes pièces, d’ajouter des zones interdites ou non lavable.

À la fin du lavage, il faut bien penser à retirer la serpillière (et la nettoyer sous l’eau) et vider le réservoir à eau si le lavage de sol était actif. Et évidemment, il faut aussi vérifier si le bac à poussière à besoin d’être vidé et nettoyé (l’application ne prévient pas si le bac est plein).

Une application complète et pratique

L’application Roborock (disponible sur iOS et Android) permet de contrôler à distance le robot et de configurer le nettoyage. Pas forcément obligatoire (le robot peut être utilisé à son strict minimum sans) mais très fortement recommandé pour pouvoir profiter de toutes les fonctionnalités qui rend bien pratique le robot. Point important : pour pouvoir fonctionner correctement, le robot doit être en permanence connecté à un réseau wi-fi avec internet (pas forcément celui de l’appareil ayant l’application ce qui permet de l’utiliser même sur un réseau mobile en dehors de son logement par exemple ; par conséquent ceci signifie forcément que des données transitent par des serveurs de la société Roborock).

Après l’appairage du robot à l’application, il faut lancer le premier nettoyage pour que le robot puisse faire une première cartographie complète du logement. Après avoir ajouter les pièces disponibles depuis la gestion de l’habitation dans la configuration de votre profil, vous pourrez modifier la carte créée avec la première cartographie et séparer les zones en pièces, ajouter des murs invisibles, des zones interdites ou encore des zones non lavables.

Il est possible de personnaliser le nettoyage pour chaque pièce en indiquant la puissance d’aspiration, la quantité de liquide utilisé (si le mode lavage est activé) ou encore l’ordre de nettoyage pour chacune d’entre elle.

Dans les options du robot, il est possible de configurer quelques paramètres comme le mode « ne pas déranger » (pour éviter que le robot ne se déclenche ou ne fasse du bruit ; utile si par exemple il est installé dans une chambre), le comportement d’aspiration quand il détecte un tapis, l’ajout de planification de nettoyage selon les jours (le robot ne déclenche pas de nettoyage tout seul), le choix de la langue du robot (parce qu’il parle quand il commence ou termine un lavage par exemple).

Les paramètres d’entretien permettent de suivre l’usure de certains composants afin d’être avertit quand il faut les nettoyer ou les changer (l’usure se base sur un calcul du temps d’utilisation et non sur l’usure réel). Il faudra donc prévoir des éléments de rechange quand il sera indiqué de les changer.

Enfin, les paramètres général de l’application fournit un mode d’emploi pour pouvoir connecter les assistants vocaux tels que Google Home ou encore Alexa afin de profiter du contrôle à distance par la voix (par exemple avec Google Home, il suffit de dire « lancer un nettoyage » pour qu’un nettoyage général soit lancé).

Une utilisation et un entretien régulier

Pour commencer, il est évident qu’un robot aspirateur ne peut égaler un aspirateur balai bien plus puissant ou un balai serpillière pour le lavage du sol. Que ce soit un sol avec 2 cm de miettes, de poussière ou des tâches incrustées depuis des jours, le robot aura beaucoup de mal à rattraper cette crasse. L’efficacité d’un robot comme celui-là se trouve dans son utilisation quotidienne.

Avec un nettoyage régulier, il permet de bien enlever la poussière résiduelle ou les petites tâches fraîches occasionnelles. Au quotidien cela permet d’avoir un sol bien propre sur les endroits où le robot peut passer. Cela n’empêche donc pas de passer derrière le robot dans les endroits inaccessibles pour compléter le nettoyage (par exemple les coins de pièces, les zones bloquées par des objets ou des fils, sous les meubles trop bas, …).

Pour une meilleure efficacité, il faut aussi s’occuper du nettoyage du robot lui-même :

  • penser à vider le bac à poussière et bien dégager le filtre régulièrement (le mieux étant évidemment après chaque nettoyage),
  • retirer la serpillière après chaque utilisation pour éviter que le sol ne reste humide,
  • vider le réservoir à eau après chaque utilisation (et bien rincer si du détergent à été utilisé),
  • retirer les poils et cheveux emmêlés dans les brosses.

De plus, comme expliqué précédemment, l’application indiquera quand il faut changer certains éléments. Une boutique Amazon permet d’acheter les pièces détachées nécessaires mais rien ne semble disponible (c’est bien la peine). Cependant, pas mal d’alternatives compatibles existent avec des packs contenant différentes pièces de remplacement (sur Amazon par exemple). Au passage, je vous conseille vivement de prendre un pack avec des serpillières où la micro-fibre est sur toute la largeur de la serpillière ce qui évite les traces de roues que l’on peut avoir avec la serpillière classique (par exemple ce produit sur Amazon).

Et alors ? Ça vaut vraiment le coup et le coût ?

Comme j’avais indiqué en introduction de cet article, j’étais plutôt sceptique sur l’efficacité d’un robot de nettoyage. Ça fait assez longtemps que ça existe et je pensais que ça restait encore plus un gadget qu’autre chose (et cher en plus !). Mais depuis les choses ont beaucoup évolués, avec un système de nettoyage bien plus efficace. Avec en plus l’extension de lavage du sol, on se retrouve aujourd’hui avec de véritable petits assistants de nettoyage qui arrive à faire son but : ne plus faire le ménage soi-même (enfin presque plus car il reste toujours les finitions à faire).

Après maintenant plusieurs semaines d’utilisation, j’en suis vraiment bien satisfait et je n’ai pas utilisé mon aspirateur balai depuis. J’ai pas encore utilisé le système de planification automatique car je préfère encore surveillé le comportement du robot pour le moment. Ceci dit, le robot se débrouille vraiment très bien, que ce soit face à des obstacles ou une différence de niveau entre deux pièces qui le gêne, il trouve toujours un moyen de s’en sortir en essayant différentes approches s’il se retrouve en difficulté. Pour le moment la seule vrai difficulté que j’ai rencontré est un câble électrique malencontreusement mal rangé qu’il a attrapé et qui l’empêchait de continuer d’avancer (ce qui oblige à bien préparer l’espace avant tout nettoyage ou bien configurer la carte depuis l’application pour empêcher le robot d’aller dans les endroits « compliqués »).

Pour le coût c’est un certain budget mais en repérant les promotions ou les offres, on peut s’en sortir pour un budget plutôt correct (avec 300/400€ ça donne pas mal de possibilités déjà). À noter d’ailleurs que le tout nouveau modèle S7 disponible à partir du 22 mars est en pré-commande sur la boutique officielle AliExpress avec des bons de réductions (en quantité limitée) avec des expéditions depuis des entrepôts européens pour une livraison plus rapide (si c’est votre première commande, vous pouvez avoir une réduction supplémentaire en utilisant mon lien de parrainage pour vous inscrire).

Roborock S5 Max

Marque
Roborock
Fabricant
Roborock
Site internet

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.