Les Crimes de Grindelwald

Second volet de la saga des Animaux Fantastiques de J. K. Rowling

Je ne suis pas un grand fan de la saga Harry Potter d’origine, mais j’avais bien apprécié le film dérivé Les Animaux Fantastiques sorti il y a tout juste deux ans. Je trouvais l’univers beaucoup moins enfantin et moins tourné vers des histoires de coeur à deux balles plus ennuyantes qu’autre chose. Les Crimes de Grindelwald est donc la suite immédiate de ce film qui forme donc une nouvelle saga dans l’univers Harry Potter (serait-ce un espèce de Harry Potter Cinematic Universe ?). Encore une fois réalisé par David Yates, sous l’écriture de J. K. Rowling, on retrouve aussi les mêmes personnages et acteurs du premier volet avec surtout la présence de Johnny Depp que l’on découvrait tout juste à la fin sous les traits du vilain Grindelwald.

Grindelwald contre le reste du monde

Alors que Grindelwald croupi en prison suite à son arrestation spectaculaire aux Etats-Unis, il est prévu de le transférer en Europe. Ayant toujours l’envie de prendre le contrôle du monde magique et non-magique en rassemblant une armée de sorciers au « sang pur », il parvient à s’évader pendant son transfert.

Le Ministère de la Magie fait alors appel à son ancien ami Albus Dumbledore pour les aider à le retrouver et le capturer. Ne pouvant accomplir cette tâche directement, il fait appel à son ancien élève Newt Scamander (Norbert Dragonneau) pour l’aider dans cette mission. Ce dernier accepte et retrouve ces anciens compagnons de voyage pour tenter de stopper le plus maléfique des sorciers.

Johnny Depp incarne Grindelwald, le puissant sorcier maléfique

Plus vraiment animaux fantastiques

À l’ouverture du film, les premières notes typiques de la saga Harry Potter retentissent. Ca y est, on est bien dedans et ça fait plaisir de retrouver cet univers si particulier. Dès les premières séquences et surtout la première scène d’action où Grindelwald parvient à s’évader, le ton est donné avec beaucoup d’action, une mise en scène très dynamique mais pas toujours bien maîtrisée avec des moments où on perd un peu le fil. Au moins on ne risque pas de s’ennuyer.

Quand le premier volet mettait surtout l’accent sur les personnages, les animaux fantastiques et l’introduction de cette nouvelle saga, ce nouveau film se concentre sur la mise en place de deux camps dont les idées sont opposées : d’un côté le Ministère de la Magie qui considère qu’il faut rester caché du monde non magique, et de l’autre Grindelwald qui souhaite au contraire révéler l’existence de la magie au monde entier afin de le contrôler totalement. On oublie d’ailleurs en partie l’idée des animaux fantastiques qui est loin d’être le point important du film même si on en garde un peu (d’ailleurs la scène dans la cave avec le zoo de Newt n’a que peu d’intérêt et n’apporte rien à l’histoire). Ceci dit, le réalisateur garde une mise en avant du Niffleur comme dans le premier volet aussi bien pour l’histoire que pour quelques scènes marrantes ; ce qui en fait un peu le Scrat des Animaux Fantastiques.

Ce qui est intéressant c’est donc de comprendre comment les personnages vont choisir ou non de suivre Grindelwald dans sa folle mission. Qu’est-ce qui va pouvoir les faire basculer vers le côté obscur ?

Eddie Redmayne reprend le rôle de Newt Scamander, le sorcier collectionneur d’animaux fantastiques

Un casting remarquable

J’ai bien aimé découvrir certains personnages que l’on connaît déjà, au moins de nom, dans la saga Harry Potter et qui permet de mieux les comprendre puisqu’on sait déjà ce qu’ils vont devenir. J’avoue par contre avoir eu un peu de mal à suivre qui est qui par rapport à qui quand certaines identités sont révélées, c’était un peu fouillis j’ai trouvé.

En parlant de personnage, j’ai bien aimé les acteurs principaux entre Johnny Depp qui tient très bien son rôle de sorcier aux idées obscures, ou encore Eddie Redmayne dans son rôle de Newt coincé et têtu toujours affublé de sa valise à animaux fantastiques. Mais aussi Jude Law que l’on découvre en Albus Dumbledore jeune ce qui en fait un personnage attendu pour le prochain volet.

Jude Law incarne Albus Dumbledore, professeur à l’école de magie de Poudlard

À noter qu’un bonne partie de l’histoire se déroule à Paris — ou plutôt dans le Paris des sorciers — ce qui donne un clin d’oeil sympathique pour montrer quelques belles vues en images de synthèse d’un Paris du début du siècle et avoir une ambiance générale avec du français ou de l’anglais parlé en français. Certains diront que c’est mal fait, que ça n’a pas de sens, mais en fait le lieu n’apporte pas grand chose et pourrait très bien se passer ailleurs.

Finalement, mes premières impressions sont plutôt bonnes. J’avais bien aimé le premier volet sans en attendre grand chose et je n’ai pas non plus été déçu par cette suite. On reste assez dans le même style, avec la même ambiance mais un scénario tout de même plus intéressant et mieux centré sur les personnages intéressants. On ne s’ennuie pas du tout, entre action, révélations et quelques touches d’humour, les deux heures du film passent tout seul sans avoir de sensation de longueur.

Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald

Auteur(s)
J. K. Rowling
Editeur(s)
Warner Bros.
Producteur(s)
David HeymanSteven KlovesJ. K. RowlingLionel Wigram
Date de publication
14 novembre 2018
Site internet
Acteur(s)
Eddie RedmayneJude LawJohnny DeppKatherine WaterstonDan FoglerAlison SudolEzra MillerZoë Kravitz
Réalisateur(s)
David Yates
Compositeur(s)
James Newton Howard
Société de production
Heyday Films
Pays de production
Etats Unis

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Epingler sur Pinterest

Partager