Dreams

Le jeu de création trop complexe et pas si fun que ça

Sorti le 14 février en exclusivité sur PS4, Dreams est un jeu de création de type sandbox créé par Media Molecule à qui l’ont doit le génial LittleBigPlanet et édité par Sony Interactive Entertainment.

Un bac à sable pour créer et partager

Dreams n’est pas un jeu comme les autres. Ce petit ovni vidéoludique entraine le joueur dans un monde de création étonnant.

Tout commence avec un follet, une sorte de petite pelote de laine toute mignonne que le joueur choisi et qui fait office de pointeur. Dans le Dreamivers, notre petit follet est guidé par la reine des rêves, une sorte d’entité mystique, qui nous oriente pour nos premiers pas avec l’aide de l’Architecte et du Concepteur qui fournissent une aide indispensable.

Avec ce follet, on peut créer nos propres rêves. Avec l’aide de didacticiels vidéos et interactifs, on nous apprend petit à petit à concevoir des choses depuis l’insertion d’une plateforme jusqu’à l’ajout d’une musique d’ambiance. Le jeu propose un très grand choix de matériaux pour laisser libre court à sa créativité et transformer un monde vide en quelque chose d’unique. On pourra aussi acquérir des récompenses (sur le même principe que dans LittleBigPlanet) en jouant à des créations ou en accomplissant des tâches.

L’autre pan important de ce jeu c’est l’aspect communautaire. Comme on avait pu le voir avec les créations de joueurs dans LittleBigPlanet, ici on peut accéder aux rêves créés par les autres joueurs. Il est possible d’admirer les créations des autres, d’y jouer, de les noter, de les remixer et de récupérer des objets créés. En plus, toutes les deux semaines, un défi communautaire est lancé avec un thème imposé, les créations sont alors soumises au vote pour élire la plus bluffante !

Dreams n’est pas un jeu avec une histoire en soi. C’est un lieu où les créations sont multiples, diverses même si on commence souvent par jouer au Rêve d’Art, la création de Media Molecule.

Un concept sympa, un jeu décevant

L’idée même de ce jeu est géniale : pouvoir créer des mondes, les partager, découvrir les créations variées des autres… j’aurais vraiment adoré aimer ce jeu !

Pourtant, j’ai détesté.

Dès les premières minutes, je me suis demandée qui étaient ces grand yeux bizarres qui me parlaient (la Reine des Rêves), ensuite j’ai adoré choisir un follet tout mignon puis j’ai pesté contre le contrôle géré par le mouvement de la manette et finalement j’ai perdu des cheveux dans ma bataille avec les tuto de création !

Certes les possibilités de création sont énormes et les créatifs vont surement adorer mais avant de créer, il faut apprendre à le faire ! Il faut de la patience, beaucoup même. Peut-être que je suis la seule à avoir passer 10 minutes de ma vie sur la création d’une plateforme rectangulaire à incliner mais toujours est-il qu’il faut bien attendre le 8ème cours pour savoir intégrer une musique à un environnement. L’apprentissage est plutôt long et laborieux même si les tuto se veulent ludiques. La patience est le maître mot.

Après avoir conclu que la création n’était pas pour moi, je suis allée voir du côté des rêves des autres joueurs. Si le Rêve d’Art créé par Media Molecule est une histoire sympa, quoiqu’un peu déprimante, on trouve de tout dans le Dreamivers. On y trouve un certain nombre de jeux inspirés de classiques mais surtout beaucoup de jeux chelous voire inintéressant.

Dans le Dreamivers, j’ai joué à des jeux variés. J’ai tenté un jeu humoristique totalement abstrait où on passe de salle en salle en lisant des inscriptions laissées par le développeur. J’ai quitté avant la fin. J’ai joué à un jeu d’adresse où je devais déplacer une bille sur un parcours semé d’embuches. J’ai arrêté avant la fin. J’ai joué à un jeu vainqueur du défi communautaire sur le thème Médiéval fantastique où j’incarnais un magicien capable de lancer des éclairs et des boules de feu. Plutôt balèze. J’ai incarné un t-rex dans une arène aussi et je suis restée coincée dans le décor quand j’ai voulu sauter par dessus un mur en pierre.

C’est un peu le problème, le contenu est très hétérogène. Ça a son charme mais en tant que joueur on passe plus de temps à chercher un rêve sympa qu’à y jouer. Et puis la plupart des rêves proposent des expériences contemplatives. Du coup je n’ai franchement pas été emballée par cet aspect là du jeu non plus.

Je comprends que le jeu Dreams puisse plaire aux passionnés de la création, à ceux qui veulent se confronter aux votes de la communauté, aux créateurs en série qui vont créer un nouveau monde toutes les deux semaines sur le thème imposé, mais la création demande un investissement énorme pour apprendre et maîtriser les outils du jeu ! Et sans cet aspect, les mini-jeux créés par les joueurs sont parfois sympas, des fois bugués et souvent juste sans intérêt.

Dreams

Auteur(s)
Media Molecule
Editeur(s)
Sony Interactive Entertainment
Date de publication
13 février 2020
Site internet
Nombre de joueurs
1 joueur

En résumé

Gros gros travail de la part des créateurs de Media Molecule pour avoir pondu ce jeu qui permet aux joueurs de créer des mondes presque sans limite. Chapeau ! Les possibilités sont incroyables et pourtant j'ai vraiment pas aimé. La création est complexe avec beaucoup de tuto pour apprendre à utiliser les outils et les créations des autres joueurs sont souvent inintéressantes, sauf rares cas. Dommage !

Les plus

  • Le Rêve d'Art
  • Des possibilités énormes

Les moins

  • Du contenu globalement moyen
  • Une création trop complexe
  • Trop de tuto à subir pour créer quelque chose

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.